RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Gestion des parcours /1er entretien technique PRAPS

Publié le vendredi 5 août 2016

La gestion durable des parcours dans le Sahel : stratégies, pratiques, gouvernance et promotion / 1er Entretien technique du PRAPS.

Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) / Coordination régionale.

En Afrique de l’Ouest sahélienne, l’élevage et les éleveurs, acteurs majeurs dans la valorisation des espaces et des ressources naturelles se confrontent aux multiples changements en cours.

Le PRAPS est mis en œuvre par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad sous la coordination régionale du CILSS, et le leadership politique de la CEDEAO et de l’UEMOA. Les actions sont conçues en lien étroit avec les différents acteurs et partenaires régionaux représentés au sein d’un Comité Technique Régional, avec un financement de la Banque mondiale.

La coordination du PRAPS organise chaque année une conférence technique de haut niveau pour guider les activités des planificateurs, gestionnaires et partenaires professionnels liés au PRAPS. La 1ère édition des Entretiens Techniques du PRAPS (ETP) a porté sur « La Gestion durable des parcours dans le Sahel : stratégies, pratiques, gouvernance et promotion ». Elle vise tout particulièrement les problématiques importantes et complexes d’accès et de gestion durable de la ressource en pâturages et parcours et de l’hydraulique pastorale.

Du point de vue régional PRAPS, et en lien avec la gestion des ressources naturelles et avec les mutations qui s’opèrent dans les sociétés, il est possible de dégager quelques défis majeurs.
- Un premier défi a trait à l’évolution attendue de la demande et à la capacité qu’auront les systèmes d’élevage à y répondre en valorisant au mieux les ressources existantes.
- Un deuxième défi a trait à la gestion de l’espace et des ressources naturelles les réserves foncières non encore exploitées sont certes globalement importantes en Afrique de l’Ouest. La réalité est cependant complexe et appelle un diagnostic différencié selon les zones, en tenant compte des densités de population et du caractère « fermé » ou non des zones de parcours.
- Un premier débat porte sur la capacité de charge des espaces sahélo-soudaniens par unité de surface).
- Un deuxième débat porte sur la capacité d’accueil des espaces transfrontaliers soudano soudaniens. Cette question est complexe car elle met en jeu les trajectoires agricoles (extension des surfaces, degré d’intensification), les dynamiques d’intégration de l’élevage sédentaire dans les systèmes agricoles, les autres utilisations de l’espace (extension des villes infrastructures, zones d’activités artisanales, etc.) dans ces zones.

Sommaire

Gérer les ressources naturelles
- Les approches biotechniques et écologiques des questionnements pour le futur.
- Des enjeux de gestion et des questionnements, objets de débats
- Q1 Quelles stratégies d’intensification durable et d’efficience accrue de la productivité ?
- Q2 Quelle gestion intégrée de l’eau et des parcours sylvopastoraux ?
- Q3 Quelles pratiques de gestion des ressources ? Quelles possibilités techniques ?

Partager les accès et les usages
- Les approches socio-organisationnelles des questionnements à l’échelle des communautés pastorales
- Des enjeux de partage et des questionnements, objets de débats
- Q1 Quelles pratiques foncières et de partage dans l’utilisation des terres de parcours et des pâturages ?
- Q2 Quels liens aux autres activités telles que l’agriculture et les forêts ?
- Q3 Partager les ressources à l’échelle nationale et dans la sous-région (pays sahéliens et pays côtiers)

Orienter les pratiques et la gouvernance
- Des approches politiques économiques et institutionnelles des questions de GRN pour le futur
- Des enjeux de questionnements et d’orientation à donner, objets de débats
- Q1 Quelles contributions économiques, sociales et culturelles et comment les prendre en compte dans les approches de planification et de gestion multi-sectorielle et participative ?
- Q2 Comment promouvoir les co-bénéfices écosystémiques émanant des services (GES, biodiversité...) rendus par les activités de gestion des ressources en pastoralisme ?
- Q3 Comment mettre en cohérence les règles de transhumances transfrontalières à l’échelle de la CEDEAO ?

Conclusions / synthèse

Télécharger le document du PRAPS, 24 pages mais 19 pages de texte simplement, 584 Ko.

Répondre à cet article