RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Alerte /Nouvelle chenille sur maïs

Publié le mardi 6 décembre 2016

ALERTE : Spodoptera frugiperda une nouvelle chenille, ravageur du maïs.

Rédaction : Ali Hama (Chambre Régionale d’Agriculture de Tillabéri), Haougui Adamou (Université de Tillabéri), Basso Adamou (Institut National de la Recherche Agronomique du Niger - INRAN), Aminou Salifou, Patrick Delmas (RECA).

Cette chenille originaire d’Amérique a été observée pour la première fois en Afrique de l’Ouest en janvier 2016, au sud du Nigeria où elle a causé d’importants dégâts. En août 2016, la presse béninoise avance le chiffre de 30.000 à 40.000 ha de maïs détruits dans les régions du Nord Bénin. La chenille a également fait d’importants dégâts au Nigeria et au Togo. Fin novembre 2016, elle est signalée à Torodi (Région de Tillabéri), et également à Dosso.

Il s’agit de la larve d’un papillon à mœurs nocturnes de la famille des Noctuidés ou noctuelles. Les insectes de cette famille sont malheureusement bien connus des producteurs car elle comprend les ravageurs les plus dévastateurs des cultures comme par exemple la noctuelle de la tomate (Helicoverpa armigera).

Le papillon et sa chenille ont pour nom scientifique Spodoptera frugiperda . En français, elle a pour nom la noctuelle américaine du maïs. Au Nigeria, bien que présente depuis moins d’un an, les producteurs l’auraient déjà surnommée « bokoharam » à cause de l’ampleur de ses dégâts.

Donc, entre janvier et novembre 2016, elle s’est répandue dans une grande partie du Nigeria, au nord Bénin, au Togo et elle a été trouvée au Niger à Torodi et Dosso. D’après les informations recueillies, cette chenille est effectivement capable de faire des migrations de 2.000 km sur le continent américain.

A Torodi, des dégâts ont été observés sur les feuilles, les fleurs avant leurs sorties, et sur les épis. Les feuilles portent de nombreux trous et déchirures. C’est tellement impressionnant que l’on pourrait croire à une attaque de criquets.

Télécharger la note pour lire la suite, 3 pages, 827 Ko.