RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

OP et financement des agriculteurs

Publié le vendredi 9 décembre 2016

Les organisations paysannes face aux besoins de financement des agriculteurs

Dans la mesure où les organisations paysannes visent à proposer des réponses aux difficultés rencontrées par leurs membres, la question de l’accès des agriculteurs au financement est cruciale pour elles. Quelles solutions y apportent-elles ?

Voici les réponses apportées par Tahirou Amza, Directeur de la Fédération des coopératives maraîchères du Niger (FCMN), agroéconomiste travaillant en particulier sur les enjeux du financement agricole, et par Andriamparany Ranoasy, Directeur de Fifata, une des organisations de producteurs les plus importantes à Madagascar.

Ils répondent aux questions suivantes :
- Pourquoi les exploitations familiales ont-elles des difficultés à accéder au financement dans vos pays ?
- Que font vos organisations respectives pour améliorer l’accès des EF au financement ?
- Pourquoi travailler uniquement sur l’accès au crédit ne suffit-il pas ?
- Que faudrait-il aujourd’hui faire de plus ou mieux pour améliorer l’accès des agriculteurs au financement ?

Grain de sel n°72, la revue d’Inter-Réseaux Développement rural

Cliquer ici pour lire l’article A lire sur le site d’Inter-réseaux Développement rural, 3 pages, 200 Ko :

3 Messages de forum

  • OP et financement des agriculteurs 10 décembre 2016 10:05, par Harouna

    Merci pour cette contribution pertinente pour moi les groupements, les coopératives et unions actuels doivent être transformés en véritable entreprise agricole solution sine quanone pour créer un climat de confiance entre la structure et l’IM/IF d’une part et d’autre part entre la structure et ses fournisseurs ; donc une refonte des op s’impose sur le plan organisationnel ,institutionnel et financier.

    Répondre à ce message

    • OP et financement des agriculteurs 3 février 13:10, par Elhadji Sama Tassiou

      Dieu merci, on constate qu’aujourd’hui que l’Etat et les PTF sont fatigués de financer ces OP sous l’ancien système d’apport personnel (5 à 20%)et subvention (80 à 95%). ils sont finalement entrain d’adopter aux OP le financement à cout partagé entre les promoteurs (OP), le PTF et une Banque de la place. ce nouveau processus de financement est une étape très importante pour les OP actuelles au Niger qui sont en majorité rurales. Il est à encourager d’abord avant de les faire bondir dans la transformation en véritable entreprise agricole. ce processus de financement à cout partagé permet aussi aux bailleurs de fonds de filtrer les vraies futures entreprises agricoles rurales ou même urbaines à partir de leurs solvabilités et des chiffres d’affaire réalisés après la mise en valeur d’un financement.

      Répondre à ce message

      • OP et financement des agriculteurs 7 avril 11:48, par inocent

        en tout cas le crédit a cout partager de prodaf a échouer dans la région de Tahoua, les producteurs ont verser leur cote part jusqu’à présent R A S le prodaf et la bagri n’ont pas tenu leur paroles. Les cotes parts des producteurs sont épuisé dans les frais de tenu de compte. Ce choquant. Figurez vous un producteur qui verse 100000 FCFA et attend après un ans reviens on lui dit qu’il n’a même pas 1 FCFA dans son compte

        Répondre à ce message

Répondre à cet article