RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Journal 3 du SAHEL 2017

Publié le lundi 20 mars 2017

SAHEL Niger 2017 – Le Journal du Salon n° 03

Le numéro 3 est la suite du journal de la 3ème édition du Salon de l’Agriculture, de l’Hydraulique, de l’Environnement et de l’Elevage - SAHEL Niger 2017 rédigé par le RECA.

Au sommaire du numéro 3 :

La deuxième journée du Sahel-Niger 2017 a été marquée par la visite d’une délégation des parlementaires nigériens : comprendre pour mieux appuyer le développement du secteur rural à travers des lois.

- Une délégation marocaine présente au SAHEL pour la première fois.

La délégation du Maroc présentait des légumes et des fruits dont la qualité est reconnue au niveau international. Cette année c’était trois organisations marocaines qui ont fait le déplacement à Niamey.

- Un mouton Oudah bien élevé

A voir ce mouton on dirait un individu issu du croisement de race Oudah et de race Balami. Or, il n’en est rien, c’est une race pure Oudah selon son propriétaire.

- Réaliser des investissements structurants agricoles à travers la Facilité 2 du FISAN

En dehors des privés, les pouvoirs publics peuvent également investir dans les activités agro-sylvo-pastorales et halieutiques, à travers ce qu’on appelle, « les investissements structurants agricoles ». Qu’est-ce qu’on entend par là ?

- Un étudiant suisse pour la première fois au Niger.

Cet étudiant après avoir visité le Sahel 2017 affirmait que ce salon est « tout simplement génial ».

- Les « bana baréyé » et des outils modernes au rendez du SAHEL 2017

« Bana baréyé », qui signifie aide au producteur en langue Kanouri, sont des outils de travail du sol. Ils sont l’œuvre de Monsieur Malam Nouhou, forgeron de profession, résidant à Diffa.

- D’autres outils sont fabriqués dans des ateliers modernes

Il s’agit des machines et outils fabriqués par le CDERMA Dosso, un centre qui a démarré ses activités depuis 1973.

- La chèvre rousse de Maradi, une race très prolifique

La chèvre rousse de Maradi est réputée pour sa prolificité, c’est-à-dire le nombre élevé de petits qu’elle peut donner, et la qualité de son cuir. Cette année les visiteurs ont eu à contempler une chèvre capable de produire jusqu’à six petit.

- La production des cailles, une activité peu répandue.

Beaucoup plus petit que l’œuf de sa cousine la poule, l’œuf de caille contient 5 fois plus de phosphore, 7 fois plus de fer, 6 fois plus de vitamines b1 et 15 fois plus de vitamines b2 que l’œuf de poule. C’est le seul œuf diététique qui existe dans le monde selon notre éleveur.

- Une plateforme d’innovations des femmes transformatrices du Niger : laboratoire pour tester de nouveaux produits

Depuis 2009, existe au Niger un réseau des femmes transformatrices, artisanes, commerçantes et cheffes d’entreprises dont l’objectif principal est la commercialisation des produits artisanaux et transformés fabriqués par les femmes transformatrices et artisanes du réseau.

- Le groupe Afrique Fondation Jeunes, une initiative de formation des jeunes, notamment en agriculture

Le groupe Afrique Fondation Jeunes a accompagné depuis 2008, sept mille jeunes nigériens à l’entrepreneuriat en les formant aux métiers de l’artisanat, du bâtiment, de l’agriculture et en les aidant à s’installer. Parmi ces sept mille jeunes, environ mille ont été formés aux métiers de l’agriculture.

Télécharger le journal n°3, 7 pages, 2,1 Mo.

Répondre à cet article