RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Radio /Conseil pour la protection du moringa

Publié le vendredi 27 octobre 2017

Note d’information du Centre d’appels pour un conseil agricole / Conseils pour la protection du moringa (partie 1).

Rédaction : Haougui Adamou, Basso Adamou (Département Cultures Irriguées, INRAN), Madougou Garba (DGPV), Bibata Ali Outani, Aïssa Kimba, Patrick Delmas (RECA) / 20 octobre 2017.

Cette note présente le contenu d’une émission radio qui a été enregistrée en Zarma par Madougou Garba (DGPV) et en Haoussa par Adamou Fodi (PromAP) avec la radio Jeunesse de Goudel. Le montage a été réalisé par la radio de Goudel. L’émission est programmée à partir de la fin du mois d’octobre sur plusieurs radios de la région de Tillabéri.

Depuis son lancement, le Centre d’appels pour un conseil agricole a été dénommé Alfarey Tchéyan Djinda en langue Zarma et Danadali Tchira en langue Haoussa. Les semaines à venir permettront de confirmer ou de modifier ces noms.

Note d’information sur le moringa

Le Réseau des Chambres d’Agriculture du Niger (RECA) et les Chambres Régionales d’Agriculture (CRA) ont mis en place un Centre d’appels téléphonique. Les producteurs ou les productrices peuvent appeler par téléphone pour poser des questions sur les problèmes qu’ils rencontrent pour la protection de leurs cultures contre les ravageurs. Des conseillères agricoles sont là pour répondre à leurs questions.

Depuis le démarrage du centre d’appels téléphonique, le 18 septembre 2017, beaucoup de producteurs demandent ce qu’il faut faire contre une chenille qui fait beaucoup de dégâts sur le moringa. Il s’agit de la chenille d’un papillon qui est appelé « Norda ».

Pour combattre son ennemi il faut savoir comment il vit…

Télécharger la note et lire la suite, 3 pages, 664 Ko.

Ecouter un élément audio pour WhatsApp en cliquant ici, 1 mn.

Rappel : Le Centre d’appels pour un conseil agricole, animé par le RECA et les Chambres régionales d’Agriculture, est le premier outil d’un système e-Extension mis en place au Niger dans le cadre du Projet d’Appui à l’agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) et du Projet de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). « Extension » pour vulgarisation et « e » pour électronique, car ce programme s’appuie sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Au Niger, comme dans d’autres pays, le programme e-Extension est mis en place suite au constat que la demande de services agricoles est de plus en plus croissante alors que le nombre de conseillers agricoles et le financement du conseil agricole ont tendance à baisser.

Répondre à cet article