RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

OP et conseil agricole

Publié le vendredi 7 mai 2010

Etude pour la mise en place d’un dispositif intégré d’appui conseil pour le développement rural au Niger Volet diagnostic du rôle des organisations paysannes (OP) dans le dispositif actuel d’appui conseil Comité Interministériel de Pilotage de la Stratégie de Développement Rural - Secrétariat Exécutif de la SDR Bureau Nigérien d’Etudes et de Conseil (BUNEC) Juillet 2008 – 41 pages – 768 Ko


Avec l’appui technique et financier de la FAO et de l’Union européenne, une étude en vue de proposer un nouveau dispositif d’appui conseil pour le développement rural au Niger a démarré en début 2007, pilotée par le Secrétariat Exécutif de la SDR.

Le présent rapport présente l’étude consacrée au système d’appui conseil des OP.

Le premier mérite de ce rapport réside dans la présentation générale des organisations professionnelles agricoles du Niger. C’est la situation la plus récente qui a été faite, notamment à partir des données du recensement général de l’agriculture et de celles fournies par la DAC/POR. C’est pour cela que le RECA a opté de mettre en ligne et à disposition ce document.

La partir consacrée aux dispositifs d’appui conseil des organisations paysannes demande d’être complétée pour une meilleure appréciation des efforts des OP en terme de conseil agricole auprès de leurs membres.

Ce travail de complément d’information est lancé par les Chambres d’Agriculture en 2010 et fera l’objet de notes régulières.


Résumé et conclusions

A l’issu de la mission, l’étude a établi des points de constats sur l’ensemble du sujet étudié et formulé quelques recommandations.

- Les OP sont des réalités sociales en milieu rural au Niger. Mais, le constat d’une floraison incontrôlée d’OP multiformes en nombre élevé, leur relative jeunesse et leur faible degré de structuration ainsi que leur manque de ressources, autorisent de nombreux questionnements sur la pertinence de la stratégie actuelle de promotion de OP au niveau :

  • du cadre législatif actuel marqué par une multiplicité des textes mais qui ne permet pas de prendre en compte les toutes les formes d’OP ?
  • la nature très transversale de la mission de promotion des OP qui interroge sur la forme de tutelle pour les OP, son positionnement institutionnel et ses capacités techniques ?
  • le rôle des ministères techniques dans la création, la structuration et l’encadrement des réseaux et cadres de concertation des OP ?
  • la stratégie de financement des OP et le rôle de l’Etat dans leur promotion économique ?

- Les activités d’appui conseil font partie des missions statutaires des OP du fait de leur statut de structure de représentation des producteurs. Elles jouent des rôles non négligeables dans le dispositif global d’appui conseil par leur contribution dans la formulation de la demande et par les services d’appui conseil qu’elles assurent aux producteurs. Certaines catégories de ces structures commencent à développer de réelles capacités dans ce domaine malgré les contraintes auxquelles elles sont confrontées. Leurs services sont sollicités par les unions intermédiaires, les OP et les producteurs et parfois même, par les ONG et les projets dans le domaine de la formation et de la structuration de milieu.

- Les besoins et priorités en matière d’appui conseil sont exprimés à travers des rencontres, des réunions et des visites et rarement à l’issue des études. Les mécanismes utilisés pour répondre aux besoins exprimés par les producteurs se basent sur entre autres, l’appui à la programmation des activités des structures de base, l’établissement des termes de référence et offres de services pour celles qui disposent de ressources, la formulation des requêtes et la recherche de financement, les rencontres de restitution et les séances de suivi –évaluation des opérations.

- Les types d’activités d’appui conseil fournis aux OP et producteurs représentent une gamme assez variée regroupant plusieurs activités d’organisation, de formation –information - sensibilisation, d’appui à la promotion d’activités économiques, d’élaboration de projet, de prévention et résolution de conflits, etc.

- Les dispositifs d’appui conseil des OP se limitent pour la plupart aux représentations de ces structures. Elles ne disposent pas de service déconcentré et de personnel employé et c’est beaucoup plus l’utilisation du système d’auto encadrement à travers des compétences locales formées parmi les membres, qui est privilégiée. Très rares sont les OP qui procèdent à la mise en place des animateurs au niveau des unions intermédiaires, ou qui sont dotées des sections spécialisées par domaines d’intervention.

- La dynamique de partenariat avec les autres acteurs procure aux OP des opportunités d’appui au renforcement de capacités, de formations techniques, de promotion d’activités économiques promotionnelles, d’appui financier pour la réalisation d’infrastructures, d’équipements et d’opérations diverses.

- Enfin, il est ressorti que le manque de ressources humaines et financières, le sous- équipement, l’insuffisance d’organisation et de capacité technique sont les principaux freins à la participation efficace des OP au dispositif d’appui conseil. Cela suppose que les OP méritent d’être renforcées à travers des actions de formation en gestion, en informatique, en suivi évaluation, en moyens logistiques et financiers.