RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Bulletin Climat Eau

Publié le lundi 19 mars 2018

Bulletin climat-ressources en eau / Note technique sur l’étiage du fleuve Niger à Niamey.

Cette note technique a été élaborée par le Groupe de travail climat ressources en eau mis en place à travers le Cadre National pour les Services climatiques (CNSC) / Chef de file du groupe : Direction de l’Hydrologie.

A Niamey, le fleuve Niger connaît une baisse exceptionnelle du niveau des eaux au cours du mois de février 2018. Les faibles précipitations enregistrées dans le haut bassin au Mali et en Guinée constituent les causes principales de cette descente des eaux.

Ce débit de 415 m3/s observé le 15 février 2018 est nettement inférieur à tous ceux observés à la même date pendant ces dix dernières années (voir la figure des hydro-grammes de crue ci-dessous).

Si cette tendance se poursuit on enregistrera des baisses de niveaux d’eaux à Niamey dans les jours à venir et la situation exceptionnelle de l’année très sèche de 1985, avec un arrêt des écoulements à la station de Niamey au mois de juin, pourrait se reproduire.

Cet étiage exceptionnel du fleuve Niger aura pour conséquence l’augmentation de la hauteur d’aspiration de l’eau. Les débits unitaires des pompes vont diminuer et pour satisfaire les besoins en eau, les exploitants des différentes stations de pompage (des aménagements hydro agricoles, d’alimentation en eau des populations, etc.) vont devoir augmenter la durée de pompage.

Compte-tenu de la situation alarmante actuelle des écoulements du fleuve Niger à Niamey (le débit de 415 m3/s observé le 15 février 2018 est nettement inférieur à tous ceux observés à la même date pendant ces dix dernières années dont la moyenne est de 1 360 m3/s), nous formulons les avis et conseils suivants :

Pour les sociétés de production et de distribution d’eau, nous conseillons la correction des fuites dans les réseaux (près de 30% de la production), la sensibilisation de la population sur le gaspillage d’eau traitée et autres menaces exercées sur les réseaux d’alimentation en eau potable de Tillabéry, Niamey, et de Kollo.

Aux producteurs maraichers, riziculteurs irrigants et éleveurs :
- Privilégier les techniques culturales favorisant l’économie de l’eau,
- Sélectionner les variétés de cultures résistantes à la sécheresse, et privilégier des variétés à cycle court ;
- Limiter l’utilisation des espèces dont les besoins hydriques sont élevés ; interagir avec les techniciens des services d’agriculture pour des informations et des conseils sur les variétés et techniques à utiliser ;
- Colmater les fissures des canaux principaux et secondaires des Aménagements Hydro Agricole ;
- Respecter les tours d’eau pendant les irrigations sur les Aménagements Hydro Agricole ;
- Prévoir un assolement sur les emblavures : réduire les parcelles à ensemencer surtout celles qui sont extrêmes
- Limiter l’utilisation des engrais chimiques qui exigent des apports d’eau ;
- Planter des espèces pas très exigeantes en eau ; développer les techniques de conservation d’eau (paillage, travaille du sol pour augmenter sa capacité de rétention d’eau) ;
- Choisir des espèces fourragères moins exigeantes en eau ;
- Assurer une gestion durable du pâturage, en ayant une bonne conduite au niveau des parcours insulaires.

Sommaire :
- Note Technique sur l’étiage du fleuve Niger à Niamey
- Situation climatologique des mois de janvier et février 2018
- Situation météorologique et agro-météorologique des mois de janvier et février 2018
- Principaux conseils

Télécharger le bulletin climat eau, 5 pages, 590 Ko.

Répondre à cet article