RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Chemille maïs /Pas de panique

Publié le vendredi 7 septembre 2018

Ne paniquez pas ! Les plants de maïs peuvent compenser les dégâts importants causés par la légionnaire d’automne.

Cet extrait est une traduction réalisée par le RECA d’une page du guide Intitulé "Fall Armyworm in Africa : A Guide for Integrated Pest Management" élaboré pour aider les acteurs du secteur agricole à lutter contre la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) / FAO 2018.

Ce document a été coproduit par quatre organisations : le programme Feed the Future, l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), le Centre International d’Amélioration du Maïs et du Blé (CIMMYT), et le programme du CGIAR sur le maïs.

[Note du RECA] La chenille légionnaire d’automne en français (Spodoptera frugiperda) se nomme Fall Armyworm en anglais ou FAW.

Les plantes endommagées peuvent effrayer les agriculteurs. Jamais auparavant ils n’ont vu ce type de dommage, où l’insecte mange tellement de feuilles. Les agriculteurs connaissent les foreurs de tiges, mais comme ils ne sont pas souvent vus (cachés dans les tiges), ils ne font pas souvent peur aux agriculteurs comme ce nouveau ravageur, le légionnaire d’automne.

Les dégâts spectaculaires sont très photogéniques. La combinaison de la nervosité des agriculteurs, de l’alarmisme des médias et de la réaction rapide des politiciens à faire quelque chose a conduit à de mauvaises décisions, notamment l’utilisation de pesticides hautement dangereux. Certains pesticides plus anciens, qui ont longtemps été interdits dans d’autres parties du monde en raison des effets démontrés sur la santé humaine, sont toujours disponibles et utilisés dans certains pays africains. Certains des pesticides les plus anciens ne fonctionnent pas, car FAW leur a développé une résistance.

De telles réactions de panique sont probables lorsque les agriculteurs et les autres intervenants ne comprennent pas l’impact potentiel des dommages causés par la FAW. La réaction rapide à la vue de dommages importants est de supposer que cela entraînera une réduction spectaculaire des rendements. Mais ce n’est pas nécessairement vrai. En fait, nous savons que, dans la plupart des cas, FAW ne cause pas de « destruction totale ». Dans la plupart des cas, les dommages aux feuilles entraînent une réduction du rendement, mais il est probablement beaucoup moins important que ce que les agriculteurs sans expérience avec le ravageur croient.

Les humains ont sélectionné le maïs pendant des milliers d’années pour obtenir de bons rendements, même en cas de dommages causés par les insectes, agents pathogènes et d’autres menaces. Ces temps de sélection ont abouti à des plants de maïs capables de compenser les dommages foliaires.

La réponse du rendement du maïs à l’infestation par les FAW a été étudiée sur le terrain à plusieurs reprises dans les Amériques. Un examen de ces études montre que, bien que préoccupantes, les dégâts de FAW chez le maïs ne sont pas dévastateurs. Bien que quelques études montrent des réductions de rendement de plus de 50% dues aux FAW, la majorité des essais montrent des réductions de rendement inférieures à 20%, même avec une infestation élevée de FAW (jusqu’à 100% de plantes infestées). Les plants de maïs sont capables de compenser les dommages foliaires, en particulier si la nutrition et l’humidité sont bonnes. Bien que les agriculteurs doivent gérer de manière durable les FAW, cela ne doit pas être la cause de la panique.

En champ école paysans, nous pouvons examiner la capacité de notre maïs à compenser la défoliation en menant une expérience sur des sujets spéciaux. L’expérience examinera l’impact de la défoliation des plants de maïs à différents stades de croissance sur le rendement en grains.

Télécharger la note, 2 pages, 248 Ko.

Répondre à cet article