Rapport EIES du SPIC-AIC Commune Wacha

Rapport d’Etude d’Impact Environnemental et Social du Sous-Projet Intégré Communal-Agriculture Intelligente face au Climat de la vallée de la Korama (Commune de Wacha) dans le cadre du PASEC.

La Commune Rurale de Wacha (Région de Zinder) est bénéficiaire du financement du PASEC à travers son SPIC-AIC dans la vallée de la Korama de Badé et Angoual Loulou.

L’objectif général du SPIC-AIC de la Korama de Badé vise à réduire la vulnérabilité de la Commune aux risques climatiques et à l’insécurité alimentaire. Le SPIC-AIC de la vallée de la Korama de Badé est conçu pour apporter des solutions durables à ces défis et enjeux en tenant compte de ses atouts.
Il s’agit spécifiquement de :
- améliorer le capital productif (terres et eaux) par la mise en place de système de gestion durable et intégrée de la terre et des ressources en eau ;
- accroître la productivité et les productions ASPH par une mise à l’échelle des technologies y compris l’intégration de l’agriculture et de l’élevage ;
- renforcer la résilience des ménages face à l’insécurité alimentaire en facilitant l’accroissement des revenus monétaires par la mise en marché et le développement d’une économie des filières majeures ; l’accès aux denrées alimentaires de base à des prix raisonnables par la réhabilitation des Banques céréalières et des Banques d’aliments de bétail ;
- le renforcement des capacités de gestion des risques climatiques et agricoles de la Commune.

Le Plan de Gestion Environnementale et Sociale est la résultante de cette analyse et se présente en quatre programmes :
- un programme d’atténuation et de bonification qui précise les mesures et les responsables de la mise en œuvre ;
- un programme de surveillance environnementale et sociale qui a pour but de faire respecter les engagements environnementaux et sociaux du projet par le promoteur. Il consiste à s’assurer de la mise en œuvre effective des différentes mesures proposées afin d’atténuer ou de bonifier les impacts découlant de la mise en œuvre du projet et cela, conformément aux dispositions légales en vigueur au Niger ;
- un programme de suivi environnemental et social qui permet de vérifier sur le terrain la justesse de l’évaluation de certains impacts et l’efficacité des mesures d’atténuation ou de compensation prévues par le PGES et pour lesquelles subsiste une incertitude ;
- un programme de renforcement des capacités

Le coût total de mise en œuvre du PGES est de Quatre Vingt Trois millions Sept Cent Mille francs (83 700 000) F.CFA.

Document de 115 pages, 2,1 Mo.

Documents joints