RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Atelier Appui /conseil

Publié le vendredi 22 octobre 2010

L’atelier national de validation de l’Etude pour la mise en place d’un Dispositif d’Appui Conseil pour le Développement Rural au Niger se tiendra les 26 et 27 octobre 2010 à Niamey.

L’objectif de cette rencontre est d’examiner et valider les résultats issus du processus de diagnostic et de proposition de nouveau dispositif d’appui. Il permettra notamment de vérifer la prise en compte des préoccupations soulevées à l’occasion des deux séries d’ateliers paysans en novembre 2008 et juin 2009, puis des ateliers régionaux de mars 2010.

Un petit rappel sur cette étude du dispositif d’appui conseil

Le contexte / la disparition progressive du conseil agricole

Au milieu des années 90, l’Etat nigérien s’est progressivement désengagé du secteur productif agricole conformément aux recommandations générales de l’époque pour les pays en développement, notamment africain.

Le dispositif de vulgarisation / conseil agricole à destination des producteurs va progressivement s’étioler, faute de moyens dans un premier temps, puis faute d’agents progressivement. Certains projets mettront en place des dispositifs de conseil agricole mais qui ne dureront que le temps du projet.

Progressivement, les organisations paysannes (OP) ont commencé à développer des services en direction de leurs membres. Parmi ces services, différentes OP ont mis en place leurs propres dispositifs de conseil agricole basé en grande partie sur l’expertise paysanne mais également sur l’emploi de techniciens et ingénieurs. Au Niger c’est le cas d’organisations comme AREN, Mooriben, la FCMN, mais aussi d’unions ou de fédérations régionales.

Préparation d’un nouveau dispositif d’appui conseil

20 ans après, le raisonnement a changé. Aujourd’hui il faut augmenter les productions et la productivité, et cela semble difficile sans dispositif de conseil agricole.

Le plan d’actions du programme 6 « Recherche – formation – vulgarisation » de la Stratégie de Développement rural (SDR) prévoit de formuler une stratégie à moyen terme pour la constitution d’un Système national d’appui-conseil aux producteurs.

Dans ce but, le Secrétariat Exécutif de la SDR a lancé une étude, avec l’appui technique et financier de la FAO et de l’Union européenne, ayant pour objet la proposition d’un nouveau « dispositif intégré d’appui conseil pour le développement rural au Niger ».

L’étude a été réalisée en 2009 par des consultants en plusieurs étapes.

- Un consultant a réalisé une première étude intitulée « Volet diagnostic du rôle des organisations paysannes (OP) dans le dispositif actuel d’appui conseil ».

Malgré son titre, l’étude n’a pas recensé et décrit les expériences des OP en matière de conseil agricole. C’est la remarque faite par toutes les personnes des OP qui ont pris connaissance de cette étude.

- Un rapport intitulé « Analyse diagnostique du système d’appui conseil » a été rédigé par le consultant principal de l’étude.

Sur un total de 24 pages, l’expérience des OP en matière d’appui conseil se limite au paragraphe suivant :

Les associations et fédérations paysannes : Les producteurs et leurs organisations ou associations sont surtout les bénéficiaires de l’appui conseil. Très peu de leurs structures interviennent comme prestataires de services en appui conseil malgré la multiplicité de leurs formes d’organisation. La caractéristique dominante la plus partagée est la faiblesse en termes de capacités institutionnelles, humaines, financières. Leurs insuffisances en matière d’organisation et le caractère récent de leur constitution en structures faîtières est un des facteurs qui expliquent leur absence en tant que prestataire à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays de la sous région.

Il est évident que cette description est loin de la réalité et que les expériences des OP en appui conseil sont multiples, et équivalentes à de nombreux pays de la sous région dans des zones agro-climatiques similaires.

Ce diagnostic a fait l’objet de 3 ateliers régionaux qui ont servi de « validation » du diagnostic avec la participation … des chambres d’agriculture et des principales OP.

C’est une « participation » de façade. Les OP sont convoquées pour une réunion sans envoi des documents, sans temps de préparation… De plus, un manque de moyens et d’organisation entraine que les participants des OP ne font aucune restitution. Il n’y a aucune suite ou réaction à ce type de rencontre. Il est particulièrement important que les chambres et les OP puissent modifier ces pratiques courantes.

A la suite, un nouveau rapport a présenté « les propositions » de dispositif d’appui conseil pouvant être mis en place. Trois propositions ont été présentées : (1) un dispositif d’Etat (fonction publique), (2) un dispositif s’appuyant sur les OP et (3) un dispositif de type agence, à l’instar du Sénégal. Les rédacteurs du document ont mis en avance la troisième solution, qui a aussi la faveur des autorités du secteur agricole.

Trois rencontres régionales ont été organisées à Tahoua, Zinder et Dosso pour valider ces propositions ou cette proposition. Ces rencontres n’ont concerné que les cadres de l’administration et 1 seul représentant par Chambre régionale d’Agriculture.

Comme pour les autres rencontres, les membres des chambres ont été invités à participer sans recevoir de documents préalablement, sans possibilité d’organiser une concertation avec leurs organisations.

La dernière étape est l’atelier national de validation programmé les 26 et 27 octobre 2010.

Le RECA vous propose un dossier pour préparer cette réunion :

- En premier la version finale de l’étude. Ce document fait 125 pages et 1,3 Mo, aussi le RECA prépare des résumés qui seront en ligne pour le lundi 25 octobre juste avant l’atelier.

- Le compte rendu rédigé par le RECA de la réunion de validation des propositions de dispositif faite à Dosso en juin 2009.