RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Recherche agricole au Niger

Publié le mardi 14 décembre 2010

Aperçu de l’organisation de la recherche agricole au Niger

Cette note est réalisée à partir d’informations contenues dans plusieurs documents . Ce sont des extraits destinés aux responsables des Chambres régionales d’Agriculture et des organisations paysannes pour leur permettre de mieux saisir leur environnement


L’Institut National de la Recherche Agronomique au Niger (INRAN), créé en 1975, est depuis avril 2010 un Etablissement public à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT). Ce changement de statut lui confère une plus grande autonomie scientifique, administrative et financière et, traduit la volonté de l’Etat d’impulser une nouvelle dynamique à la recherche agricole.

L’institut est doté d’un conseil d’administration et d’un conseil scientifique et sa tutelle est assurée par le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

L’INRAN a pour missions la conception et l’exécution de programmes de recherche agronomique dans tous les domaines du développement rural et la coordination de toute recherche agronomique entreprise sur le territoire national.

Les travaux de recherche sont conduits dans 4 centres régionaux de recherche agronomique (CERRA) :

- Niamey (complexe de laboratoires et stations de Lossa et Gabougoura),
- Kollo (couvrant les Régions de Tillabéry et Dosso avec un réseau de 10 stations et points d’appui de développement),
- Tahoua (couvrant les Régions de Tahoua et Agadez avec une station à Konni et une autre à Agadez),
- Maradi (couvrant les Régions de Maradi, Zinder et Diffa avec les stations de Tarna-Maradi, Magaria et Diffa). Dans l’ensemble, ces infrastructures sont en bon état, mais elles manquent d’équipements scientifiques et de matériel de communication et de bureau.

L’INRAN compte cinq départements de recherche : (i) cultures irriguées, (ii) cultures pluviales, (iii) économie, sociologie rurales et transfert de technologies, (iv) gestion des ressources naturelles, (v) production animale.

Le laboratoire des technologies alimentaires (LTA) intégré au CERRA de Niamey a participé à la mise en œuvre entre 2000 et 2006, du Projet Niébé pour l’Afrique (PRONAF) sur financement FIDA/Coopération Suisse et de la composante transformation du niébé du PPEAP financé par la Banque Mondiale.

A la date du 13 octobre 2010, l’INRAN compte 76 chercheurs (niveau Bac + 4 ans d’études et plus) dont 17 titulaires de PhD ou Doctorat d’université, 15 doctorants et 19 titulaires de DEA ou MSc.

L’Université Abdou Moumouni (UAM) est la seconde institution nigérienne qui assure la recherche en agronomie à travers plusieurs facultés, instituts et laboratoires notamment : la Faculté d’agronomie, celles des lettres et sciences humaines, des sciences, les Instituts des radio-isotopes et des recherches en sciences humaines.

La Faculté d’agronomie possède un terrain expérimental de 11 ha avec des étables et un poulailler ainsi que 2 parcelles irriguées à Niamey totalisant 11 ha. Elle conduit en collaboration avec une université italienne et la station zootechnique de Toukounous un programme d’insémination artificielle sur les bovins.

Le Conseil National de la Recherche Agronomique (CNRA) a été créé en juillet 2007. Sa création fait suite à une restructuration de la recherche agronomique du Niger qui a consacré l’émergence d’un « système national de recherche agronomique » (SNRA). Le CNRA a pour mission d’assister le Gouvernement dans l’élaboration de la politique nationale de recherche agronomique. Il a été installé officiellement le 22 avril 2009.

Le CNRA est composé de 2 comités :

- Le Comité interministériel (CIM), organe d’orientation et de décision en matière de recherche agronomique ; présidé par le Premier Ministre, avec (à sa création) le Ministre du Développement Agricole (MDA) comme 1er Vice Président, le Ministre de l’Elevage et des Industries Animales (MEIA) comme 2ème Vice Président et le Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification (ME/LDC comme 3ème Vice Président. Le Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de la Technologie (MESRT), le Ministre de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire (MAT/DC), le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Normalisation (MCIN) et le Ministre de l’Economie et des Finances (MEF) en sont les membres.

- Le Comité technique de la recherche agronomique (CTRA), bras technique du CIM ayant le MDA comme Président, le MEIA comme Vice Président (actuellement c’est le même ministère) et composé, à l’origine, de 21 membres représentant les structures liées à la recherche agronomique.

Le CTRA ont tenu sa 1ère session le 6 mai 2009. A l’origine, sur 21 membres, ce comité ne comptait qu’un seul représentant de la profession agricole. Lors de cette session, le Réseau National des Chambres d’Agriculture a obtenu que le nombre de représentants de la profession agricole soit augmenté. Le Comité a proposé que la profession agricole dispose de 4 représentants.

Depuis ces comités ne sont pas fonctionnels, attendant de l’INRAN, qui assure le secrétariat du Conseil national de la recherche agronomique, trouve tous les moyens pour l’organisation des réunions.

Le Système National de la Recherche Agronomique (SNRA) regroupe l’ensemble des institutions scientifiques et techniques nigériennes mais il ne dispose pas de texte officiel de création. Cependant, des relations de travail existent entre les différentes structures qui le composent.

Les Comités Régionaux de Recherche Agronomique (CORRA) sont des assemblées regroupant les organisations de producteurs, les services techniques et les chercheurs. Les Gouverneurs de Régions président les réunions des CORRA. Depuis leur installation, seuls les CORRA de Dosso, Maradi, Tahoua et Niamey se sont réunis une fois. Les CORRA ne disposent pas de textes officiels de création. Cette situation est liée à la faible capacité financière de l’INRAN qui en assure le secrétariat dans les régions de les faire fonctionner et de la faible appropriation de cet outil par les régions.

Les institutions ’’hors SNRA’ comprennent l’Institut International de Recherche sur les Cultures des Zones Tropicales Semi-arides (ICRISAT), le centre régional AGRHYMET, l’International Livestock Research Institute (ILRI) et l’Institut de Recherche pur le Développement (IRD).

1. L’Institut International de Recherche sur les Cultures des Zones Tropicales Semi-arides (ICRISAT) dispose d’un centre de recherche à Sadoré (environ 50 km de Niamey) et d’un centre de formation à Niamey même. En collaboration avec le projet Intrants de la FAO, l’ICRISAT a largement contribué à l’expérimentation et à la vulgarisation de la micro dose d’engrais au poquet. Il conduit plusieurs programmes de recherche avec les SNRA de la sous région.

2. Le centre régional AGRHYMET : Créé en 1974, le Centre Régional AGRHYMET est une institution spécialisée du Comité Permanent Inter-états de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS). C’est un établissement public inter- étatique doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Il a un statut international avec siège à Niamey. Le Centre AGRHYMET a pour objectifs principaux :
- de contribuer à la sécurité alimentaire et à l’augmentation de la production agricole dans les pays membres du CILSS,
- d’aider à l’amélioration de la gestion des ressources naturelles de la région du Sahel en assurant la formation et l’information des acteurs du développement et de leurs partenaires dans les domaines de l’agro-écologie au sens large (agro-climatologie, hydrologie, protection des végétaux,…).

3. L’International Livestock Research Institute (ILRI) : C’est un organisme non gouvernemental et non-lucratif dont le siège se trouve à Nairobi au Kenya et disposant d’un second campus à Addis-Abeba en Ethiopie et des bureaux en Afrique de l’Est de l’Ouest et du Sud ainsi qu’en Asie du Sud, en Chine et en Amérique centrale. L’institut qui travaille à la croisée de l’élevage et de la pauvreté vise à rapprocher la science de haut niveau et le renforcement des capacités des populations.

4. L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) participe également à la recherche agronomique à travers sa représentation au Niger.

Vous pouvez lire et télécharger le fichier pdf.

.