RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Partage d’expériences /semences FUBI

Publié le mardi 21 décembre 2010

Visite des producteurs de la Région de Diffa à la Fédération des unions de boutiques d’intrants (FUBI), Région de Zinder

Cette note a été rédigée à la suite de la mission effectuée par la Chambre Régionale d’Agriculture de Diffa du 26 au 2 novembre 2010 auprès de la Fédération des Unions des Boutiques d’Intrants (FUBI) à Zinder. Cette visite s’inscrit dans le cadre du partage d’expériences en matière de multiplication de semences.

La Fédération des Unions de Boutiques d’Intrants (FUBI)

La Fédération des Unions de Boutiques d’Intrants (FUBI) Tarmamuwa a été créée le 21 février 2005 à Tanout. Cette fédération est mise en place par les unions des boutiques d’intrants performantes, partenaires du projet Intrants depuis 1998. Elle regroupe 77 organisations paysannes structurées en 16 unions totalisant 4.300 membres (1.740 hommes et 2.560 femmes). La FUBI compte 7 membres consulaires de la CRA de Zinder.

La mise en place de cette fédération a été guidée par le problème d’approvisionnement en intrants agricoles des membres.

Outre les activités d’approvisionnement de ses membres en intrants agricoles, les unions de la FUBI font la multiplication des semences de mil, sorgho et niébé avec l’appui de la FAO qui fournit des semences de base, de l’engrais et des produits phytosanitaires, ainsi que le coût de suivi des parcelles de multiplication par des techniciens de l’Agriculture.

L’union des boutiques d’intrants « Fayinta » de la commune de Bandé (Zinder)

L’union « Fayinta » (ce qui veut dire « les gens se comprennent ») de Bandé a été créée en 2008 avec 9 coopératives dont un groupement féminin.

La mission de la CRA a visité la boutique d’intrants de la coopérative « Haské », membre de « Fayinta » qui a été créée depuis 1990 par les producteurs de Bandé avec l’appui de la FAO. Les semences ont été déjà récoltées et mises en sacs au niveau de la boutique. Il faut préciser que cette union ne produit que des semences du niébé ; les multiplicateurs expliquent qu’ils n’ont pas suffisamment de superficies pour respecter les normes techniques recommandées pour la production des semences du mil et du sorgho.

Lire la suite.