RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Stratégie /Filière riz

Publié le vendredi 28 janvier 2011

Stratégie nationale de développement de la filière riz

Ministère du Développement agricole - Novembre 2009, 65 pages.

Après les sécheresses des années 70, les pays sahéliens se sont tournés vers l’intensification des cultures irriguées notamment le riz (dont la consommation croit de façon vertigineuse), par la réalisation des aménagements hydro agricoles (AHA) à vocation monoculture de riz.

C’est ainsi qu’au Niger des efforts entrepris par le gouvernement et ses partenaires au développement ont permis la réalisation de 41 aménagement hydro-agricoles rizicoles totalisant 8.706 ha, sur les 24.000 ha rizicultivables .

La production nationale rizicole est estimée à 132.030 tonnes de paddy dont 70.000 tonnes produites sur les aménagements hydro-agricoles de la vallée du fleuve Niger et 62.030 tonnes hors aménagements (Etude AGRHYMET, 2006).

Toutefois, cette production ne couvre que le tiers (1/3) des besoins annuels nationaux estimés à 266.710 tonnes de riz blanc. La consommation de riz au Niger est estimée à 14 kg/personne/an (Selon Coste -2003- enquête Club du Sahel et CIRAD). Une forte substitution du riz aux céréales sèches est apparue dans les grands centres urbains, notamment à Niamey, où la consommation de riz atteint 39 kg/tête/an. Pour combler les besoins en riz, le Niger est obligé d’importer 200 à 300 000 tonnes de riz par an, dont la valeur est d’environ 35 milliards de fCFA (PAFRIZ,2006).

Ce document présente les enjeux d’une stratégie de développement de la filière riz, détaille l’ensemble des contraintes qui se posent à la riziculture mais aussi les avancées enregistrées, fait une description des différents acteurs en présence, et enfin analyse les politiques de développement de l’irrigation au Niger.

Les enjeux majeurs de la stratégie de développement de la filière riz sont au nombre de trois :
- Contribuer à la lutte contre l’insécurité alimentaire ;
- Contribuer à la lutte contre la pauvreté rurale et urbaine ;
- Contribuer aux équilibres macro-économiques du pays.