RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Sécurité alimentaire /ménages Niger

Publié le jeudi 10 mars 2011

Enquête sur la sécurité alimentaire des ménages au Niger (janvier 2011) / Résumé exécutif (février 2011)

Conclusions et recommandations

Les perspectives alimentaires 2010/2011 sont globalement satisfaisantes en raison de bonnes productions céréalière et fourragère enregistrée à l’issue de la campagne agropastorale. Ces résultats ont été atteints en partie grâce aux multiples interventions de l’Etat et des partenaires dans la gestion de la crise alimentaire nutritionnelle et pastorale que le Niger a connue en 2010 ainsi que dans la préparation de la campagne agropastorale 2010/2011.

Les résultats de l’enquête font ressortir que l’insécurité alimentaire (sévère et modérée) affecte globalement 17,3% de la population soit 2 620 770 personnes. L’insécurité alimentaire sévère touche 7,8% de la population soit 1 185 233 personnes tandis que l’insécurité alimentaire modérée affecte 9,5% de la population soit 1 435 537 personnes.

Ainsi, environ 2 ménages sur 10 font face à une insécurité alimentaire sous la forme sévère ou modérée. Cette situation traduit une amélioration significative de la situation alimentaire par rapport au 1er janvier 2008 où l’insécurité alimentaire a affecté plus de 3 ménages sur 10.

Cependant, le contexte international caractérisé par la flambée du prix du pétrole et des denrées alimentaires conjuguée à une série de soulèvements sociaux dans les pays arabes et une situation politique chaotique en Côte d’Ivoire constitue un facteur de risque pour l’accès des populations aux produits de première nécessité. Cette situation pourrait exposer les ménages les plus pauvres à l’insécurité alimentaire.

Ainsi, l’évolution des prix des denrées alimentaires sera déterminante sur celle de la situation alimentaire et nutritionnelle du pays dans les 3 à 6 prochains mois. Une forte hausse des prix limiterait l’accès des ménages les plus pauvres à la nourriture surtout en période de soudure avec l’épuisement des stocks paysans. Dans ces conditions, la période de soudure serait particulièrement difficile avec des conséquences néfastes sur la situation nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans au sein des ménages vulnérables ruraux comme urbains.

En référence au Plan National de Contingence « Volet Sécurité Alimentaire » adopté par le Gouvernement en janvier 2008, le niveau d’insécurité alimentaire dégagé par les différentes analyses correspond au SCENARIO 1 « situation d’insécurité alimentaire et/ou nutritionnelle modérée ».

Il traduit globalement la nécessité de mettre en œuvre des actions d’atténuation de crises alimentaires localisées et des activités de suivi de l’évolution de la situation alimentaire et nutritionnelle.

Au regard du caractère structurel et conjoncturel de l’insécurité alimentaire au Niger, les options d’assistance doivent répondre à la fois aux besoins à court, moyen et long terme des populations vulnérables. Les actions doivent cibler prioritairement les ménages en insécurité alimentaire sévère, les ménages pauvres urbains très affectés, les enfants ainsi que les femmes enceintes et allaitantes.

Afin de pouvoir détecter le plus rapidement possible le déclenchement éventuel d’une crise alimentaire qui pourrait affecter les ménages les plus pauvres dans les zones les plus vulnérables, les actions à mettre en œuvre sont les suivantes :
- Elaboration et mise en œuvre d’un plan de soutien aux populations vulnérables (mars à septembre 2011) ;
- Suivi permanent des zones vulnérables (mars à octobre 2011) ;
- Suivi de la situation alimentaire et nutritionnelle à travers les sites sentinelles (avril à octobre 2011) ;
- Tenue de la 2ème réunion annuelle de ré-évaluation de la situation alimentaire dans les départements et communes du Niger (mai 2011).

Télécharger le résumé exécutif (11 pages)