RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

ECOWAP / Politique agricole de la CEDEAO

Publié le mardi 9 février 2010

La Politique agricole de la Cedeao : ECOWAP

1. Présentation de l’ECOWAP

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été créée en 1975 par 15 pays : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée Conakry, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sierra Leone, Sénégal, Togo.

La CEDEAO a adopté en janvier 2005 sa politique agricole –ECOWAP en anglais – après une étroite concertation avec ses Etats membres et les organisations socioprofessionnelles. Cette politique régionale constitue un point nodal pour la mise en œuvre du volet agricole du NEPAD (PDDAA) dans la région. Elle a pour objectif général de contribuer de manière durable à la satisfaction des besoins alimentaires de la population, au développement économique et social et à la réduction de la pauvreté dans les États membres, ainsi que des inégalités entre les territoires, zones et pays.

Ainsi, elle doit permettre :

- d’assurer la sécurité alimentaire de la population rurale et urbaine ouest africaine ;
- de réduire la dépendance vis à vis des importations alimentaires en accordant la priorité aux productions alimentaires ;
- de favoriser une intégration économique et commerciale équitable des exploitations agricoles sur l’ensemble des marchés ;
- de développer les capacités humaines, créer des emplois et garantir les revenus en amont et en aval de la production, et contribuer au développement des services en milieu rural, de façon à améliorer les conditions de vie des populations rurales ;
- d’assurer une intensification des systèmes de production, adaptée aux différents contextes agro-écologiques, afin d’assurer une croissance de la production ;
- de contribuer à réduire la vulnérabilité des économies ouest-africaines et à limiter les facteurs d’instabilité et d’insécurité régionale ;
- de contribuer à doter l’agriculture ouest-africaine de mécanismes de financement appropriés.

L’ECOWAP repose sur trois axes d’intervention :

  1. l’accroissement de la productivité et de la compétitivité de l’agriculture ;
  2. la mise en œuvre d’un régime commercial intracommunautaire ;
  3. l’adaptation du régime commercial extérieur.

2. L’opérationnalisation de l’ECOWAP

Pour opérationnaliser l’ECOWAP/PDDAA, un plan d’action régional 2006 - 2010 a été élaboré en 2005 par la CEDEAO.

A moyen et long terme, la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA s’appuie sur les programmes nationaux d’investissements agricoles dans chacun des 15 pays (PNIA) et sur un programme régional complémentaire, mis en œuvre à l’échelle de la CEDEAO (Programmes mobilisateurs).

A court terme, pour faire face à la hausse spectaculaire des prix des denrées agricoles, la CEDEAO a mis en œuvre en 2008 l’Offensive pour la production alimentaire et contre la faim.

Deux grandes rencontres ont marqué la mise en œuvre de l’Ecowap : la première à Paris en décembre 2008 (La politique agricole régionale de l’Afrique de l’Ouest (ECOWAP) et l’Offensive pour la production alimentaire et contre la faim et la deuxième à Abuja en novembre 2009 (Conférence internationale sur le financement de la politique agricole).

2.1 L’offensive régionale pour la production alimentaire et contre la faim

En 2007-2008, alors que les pays et les institutions régionales étaient mobilisées dans la conception des programmes nationaux d’investissements agricoles (PNIA) dans chacun des 15 pays et au niveau régional, la hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires et des intrants agricoles a frappé durement la région. Cette crise a montré la pertinence des orientations retenues dans l’ECOWAP/PDDAA, notamment la construction d’une sécurité et d’une souveraineté alimentaires dans le cadre d’un marché régional performant. Elle a également rappelé l’urgence de la mise en oeuvre effective de cette politique.

Face à la crise, les États et la Commission de la CEDEAO ont réagi immédiatement. Le Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de juin 2008 adoptait « l’Offensive régionale pour la production alimentaire et contre la faim », sur proposition de la Réunion extraordinaire des ministres de l’Économie et des Finances, de l’Agriculture et du Commerce tenue en mai 2008. Cette offensive est cohérente avec les axes prioritaires retenus dans l’ECOWAP/PDDAA. Elle fixe des priorités et cherche à accélérer la mise en oeuvre de l’ECOWAP/PDDAA en s’appuyant sur la mobilisation des décideurs nationaux, régionaux et internationaux. Plusieurs partenaires internationaux apportent un soutien à sa mise en œuvre dans le cadre de facilités financières nouvelles déployées en réponse à la crise.

En juillet 2008, alors que la crise était à son paroxysme et à l’occasion d’une conférence au Parlement européen organisée à l’initiative de la Présidence française de l’Union européenne, une coalition s’était formée autour du Président de la Commission de la CEDEAO, M. Mohamed Ibn Chambas, du ministre français de l’Agriculture, M. Michel Barnier, du Commissaire européen pour le développement, M. Louis Michel et de la Vice-présidente de la Banque mondiale, Madame Ngozi, pour faire de la politique agricole de la CEDEAO un modèle de partenariat entre les bailleurs et les organisations régionales.

Une première réunion de dialogue politique permettant de partager les positions et les attentes sur la mise en oeuvre de l’ECOWAP/PDDAA s’est tenue le 9 décembre 2008 à Paris. Cette réunion a permis à la région et à ses partenaires de la Communauté internationale de s’entendre sur un agenda de travail permettant d’organiser une Conférence internationale sur le financement de la politique agricole fin 2009.

2.2 Les programmes mobilisateurs et fédérateurs

L’approche du Programme régional d’investissement agricole (PRIA) est de mettre en œuvre des initiatives (sous-programmes) fédératrices concernant des thèmes plus facilement abordables au niveau régional. Le programme régional a été préparé par des organisations mandatées en fonction de leurs compétences, au travers de six sous programmes thématiques :

- l’amélioration de la gestion de l’eau (IWMI, ADRAO et UCRE/CEDEAO) ;
- la gestion améliorée des autres ressources naturelles (CEDEAO, CSAO) ;
- la prévention et la gestion des crises alimentaires et autres calamités naturelles (CILSS et CSAO) ;
- le développement durable des exploitations agricoles (CORAF et IITA) ;
- le développement des filières agricoles et la promotion des marchés (CMA/AOC et IFDC) ;
- le renforcement institutionnel (ROPPA et Hub Rural).

Les programmes mobilisateurs permettent d’articuler les actions thématiques envisagées dans les différents sous programmes du PRIA dans le cadre d’approches transversales plus cohérentes et holistiques. Ils fédèrent autour de questions clés communes les approches développées dans les différents sous programmes du PRIA. Ils concernent la production, le marché et la vulnérabilité alimentaire :

- (1) Promotion des produits stratégiques pour la souveraineté alimentaire ;
- (2) Promotion d’un environnement global favorable au développement agricole régional ;
- (3) Réduction de la vulnérabilité alimentaire et promotion de l’accès durable à l’alimentation.

Ils combinent des investissements régionaux et d’autres instruments de politique publique destinés à soutenir le secteur. Ces programmes mobilisateurs sont établis de façon proportionnée aux ressources régionales (15% de financements propres) et constituent un ensemble d‘incitations permettant d’impulser une transformation ciblée et durable de l’agriculture régionale. Les instruments de mise en œuvre comprennent :

- Les mesures favorisant l’accès des producteurs aux intrants et équipements, dans la perspective d’une intensification durable de la production ;
- Les instruments de régulation des marchés : mesures aux frontières et outils- e gestion des marchés régionaux ;
- Les instruments de protection sociale, pour améliorer l’accès à l’alimentation des populations vulnérables.

2.3 Les programmes nationaux - PNIA

Les PNIA définissent la stratégie et les programmes agricoles permettant d’atteindre un taux de croissance agricole supérieur à 6 % par an, considéré comme le minimum nécessaire pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Ils précisent les besoins de financement en ressources publiques internes et en ressources externes pour atteindre cet objectif de croissance et de réduction de la pauvreté.

Le processus conduisant à leur formulation est défini par le PDDAA et est placé au niveau national sous la responsabilité d’un comité de pilotage.

L’élaboration des programmes comporte quatre grandes séquences : i) diagnostic et formulation des hypothèses de travail ; ii) réalisation de simulations et mise en relief des filières porteuses d’accélération de la croissance ; iii) formulation des programmes d’investissement en vue de promouvoir le développement du secteur ; iv) élaboration et signature du Pacte ECOWAP/PDDAA/Politique Agricole Nationale.

Les points i) et ii) sont restitués dans les brochures ; le point iii) constituent les brèves ; sur ces bases constituant le PNIA, les différentes parties signent un pacte ou charte (engagement).

La signature de cette charte, appelée « pacte ECOWAP/PDDAA », marque l’engagement du Gouvernement et de ses partenaires à faire du PNIA, le creuset unique de l’ensemble des stratégies de développement du secteur agricole au niveau du pays. La charte doit indiquer :

- les politiques et stratégies d’investissement et leurs coûts ;
- les engagements budgétaires du pays et les mesures politiques à mettre en œuvre ;
- les engagements du secteur privé, des organisations socioprofessionnelles et de la société civile ;
- les engagements des partenaires au développement, en termes d’assistance- echnique et financière ;
- le mécanisme de suivi-évaluation, de dialogue politique et de revue des pairs.

Pour en savoir plus et avoir accès aux principaux documents de références et d’analyse, consulter le dossier complet préparé par Inter-réseaux Développement rural sur la politique agricole de la CEDEAO

3. Le PNIA du Niger

Brève 1 : Favoriser l’accès des ruraux aux opportunités économiques pour créer les conditions d’une croissance économique durable en milieu rural

Brève 2 : Prévenir les risques, améliorer la sécurité alimentaire et gérer durablement les ressources naturelles pour sécuriser les conditions de vie des populations

Brève 3 : Renforcer les capacités des institutions publiques et des organisations rurales pour améliorer la gestion du secteur rural

Brochure 1 : Revues des efforts de développement dans le secteur agricole

Brochure 2 : Croissance agricole, réduction de la pauvreté et sécurité alimentaire : performance récente et perspectives

Brochure 3 : Options stratégiques et sources de croissance agricole, de réduction de la pauvreté et de sécurité alimentaire

Brochure 4 : Financement à long-terme pour la croissance agricole et la réduction de la pauvreté

Brochure 5 : Système National d’Analyse Stratégique et de Gestion des Connaissances (SAKSS) pour informer et guider le processus de mise en oeuvre du SDR/PNIA

Charte du Programme National d’Investissement Agricole du Niger signée le 30 septembre 2009