RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Pastèque /Maradi

Publié le mercredi 28 août 2013

La production de la pastèque dans le département de Guidan Roumdji (Maradi)

Entretien avec SANI MAIDANGUI, producteur habitant du village de Malamawa Labaran, Guidan Roumdji (âge de 32 ans).

La pastèque, KANKANA en Haoussa, appartient à la famille des cucurbitacées. D’origine africaine, elle est riche en eau et a une saveur sucrée. La pastèque de Guidan Roumdji a acquis une réputation compte tenu de ses qualités et du savoir-faire des producteurs et elle est bien prisée par les consommateurs locaux mais aussi étrangers. Elle arrive à concurrencer celle des pays voisins dont le Nigeria.

De l’avis de ce jeune producteur, la culture de la pastèque est cultivée en deux saisons : la culture pluviale, plus développée dans la commune de Guidan Sori, et la culture de contre saison développée sur tout le long du Goulbi Maradi, donc dans la commune de Guidan Roumdji.

Les chiffres officiels : de grosses variations en fonction des documents

- Les résultats de l’enquête horticole 2011/2012 (saison sèche) indiquent une production de 24.431 tonnes de pastèque pour l’ensemble du Niger dont 22.500 tonnes pour la seule région de Maradi, 2.000 tonnes pour la région d’Agadez et 200 tonnes pour la région de Niamey. Dans la région de Maradi, toute la production est enregistrée uniquement dans le département de Guidan Roumdji. Il est recensé une superficie de 1.072 ha et un rendement de 20 tonnes/ha.
- Le rapport d’évaluation de la campagne des cultures irriguées de 2003/2004 indiquait une production de 4.000 tonnes de pastèques dont 2.400 T pour la région de Tillabéri et 1.300 T pour Maradi.
- Le Recensement général de l’agriculture et du cheptel 2005/2007 (volume horticulture – mars 2008) indique que la pastèque est produite sur une superficie de 596 ha dont 87,2% de cette superficie se trouve à Maradi, 7% à Tillabéry, 3,9% à Tahoua et 1,9% à Dosso. La pastèque est produite presque exclusivement en zone de décrue. Sa production estimée à 4.718 T, soit un rendement moyen de 7,9 T/ha.
- Il n’y a pas de chiffres pour la production de saison hivernale.

En culture pluviale, la pastèque est cultivée préférentiellement sur un sol à texture sablo-limoneuse et en culture de contre saison sur un sol à texture argileuse, principalement en culture de décrue.

On distingue trois types de variétés :
- la variété « el kassa » originaire du Nigeria qui est la plus cultivée pour sa résistance au long séjour que demande le circuit commercial ;
- la variété « rotmane » ou « chadda » plus sucrée et plus volumineuse que la variété el kassa mais ne supportant pas la durée que demande le du circuit commercial ;
- la variété « el sadoré » originaire de Sadoré (peut être provenant de la station ICRISAT).

Comment est cultivée la pastèque ?

- 1. Avant l’installation de la saison de pluie les producteurs procèdent à l’apport de la fumure organique qu’ils épandent sur le sol.
- 2. Dès la première pluie utile, ils procèdent au labour, puis au semis en ligne à 3 graines / poquet.
- 3. Au stade levée (2 feuilles), ils font un premier traitement phytosanitaire à l’aide de la « poudre blanche » servant d’insecticide (Rambo ou Leeful) ;
- 4. Au stade 7 à 8 feuilles, ils procèdent au binage.
- 5. Les producteurs attendent la tombée d’une autre pluie pour apporter de l’engrais NPK.
- 6. Au stade début fructification, ils font un apport d’urée et poursuivent le traitement à l’aide de la « poudre blanche » contre les ennemis de culture.

L’ennemi le plus redoutable est le puceron (darpa en Haoussa), qui provoque l’avortement des boutons floraux et la chute des jeunes fruits en début de leurs formations.

Sur l’utilisation des « poudres insecticides » voir les notes du RECA :
- L’utilisation de « poudres » pour la protection des certaines cultures maraîchères : une pratique trop répandue et à éliminer. http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/R...
- Des pesticides en poudre destinés à des utilisations domestiques sont utilisés sur les cultures maraîchères. http://www.reca-niger.org/IMG/pdf/R...

Le cycle de développement est de 70 jours en saison normale, mais en cas de sècheresse le cycle se prolonge de 80 à 100 jours.

La commune de Guidan Sori, département de Guidan Roumdji, est le bassin de la culture pluviale de la production de pastèque. Les villages concernés sont Malamawa Labaran, Garin Tchali, Tambarawa el hadji Yahaya, Garin Magagi, et Tawadiya.

La commune de Guidan Roumdji n’est pas restée en marge avec les villages comme Dan Turke, Kandoutsa et Gguidam Roumdji.

En culture pluviale, les producteurs interrogés estiment à plus de 100 hectares de superficies semées en association avec le mil ou l’arachide.

En culture de contre saison, la pastèque est pratiquée tout le long du Goulbi sur plusieurs centaines d’hectares, à condition que le goulbi soit rechargé en eau car c’est la disponibilité en eau qui constitue le facteur limitant en saison sèche.

Le rendement peut atteindre de 15 à 40 korya/ha, la korya est une unité de mesure locale elle équivaut à 100 fruits de pastèque. La cueillette se fait selon l’humidité du sol, elle est de 4 à 5 récoltes / culture.

Une pesée réalisée par la CRA de Maradi donne une moyenne de 5,4 kg par fruit / pastèque. La korya de 100 fruits serait équivalent à 500 kg environ (arrondi), soit un rendement entre 7,5 et 20 tonnes.

Comment est organisée la commercialisation de ce produit ?

La commercialisation, est un des problèmes que rencontrent les acteurs de cette culture car ils manquent d’acquéreurs. Pour écouler la production, c’est un commerçant qui va rencontrer les producteurs afin d’acheter à crédit leurs produits et ensuite aller à la recherche d’un acheteur vers le Nigeria (Abuja, Kano, Kaduna, Mina) ou vers Niamey, Dosso ou Zinder. Après avoir vendu il rembourse à chacun son argent. La demande est nettement inférieure à l’offre.

Le prix de vente au niveau local se présente comme suit :

- 1 korya est vendue de 25.000 à 30.000 F.CFA à la première récolte, début août,
- de 15.000 à 20.000 F.CFA à la deuxième récolte,
- de 10.000 à 12.000 F.CFA à la troisième récolte.

Quand on l’amène à Niamey par exemple, le prix d’une korya varie de 40.000 à 50.000 F.CFA.

Estimation des revenus de la pastèque par les producteurs.

Exemple : pour 100 hectares de superficies semées
- 1 ha produira 15 à 40 koryas
- 1 korya se vend de 25 000 à 30 000 FCFA
- Revenu égal à 100 ha x 15 korya x 25.000 FCFA = 37.500 000 F.CFA
- Revenu maximum égal à 100 ha x 40 koryas x 30.000 F.CFA = 120.000.000 F.CFA

Sur la base de ce calcul, on peut voir que la pastèque apporte des revenus non négligeables aux producteurs.

Télécharger la note de la CRA, 3 pages, 270 Ko.

Supplément : Présentation de la variété Malali (ICRISAT), 1 page, 245 Ko.