RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Encens /amélioration de la technologie

Publié le mardi 24 septembre 2013

Etude sur l’amélioration de la technologie de fabrication et de l’emballage de l’encens au Niger.

Etude diligentée par le Bureau de Restructuration et de Mise à Niveau de l’Industrie au Niger (BRMN) et réalisée par Jacques Boisseau (consultant) pour AFCA -Niger – Mars 2013.

La production traditionnelle d’encens constitue aujourd’hui une activité économique importante pour le Niger en général et pour l’Est nigérien plus particulièrement. Mais, justement parce qu’elle est traditionnelle, cette production d’encens demeure handicapée à la fois par des freins à la productivité et à la commercialisation. Par ailleurs, il existe plusieurs risques affectant la santé des personnes impliquées dans la fabrication de l’encens.

Si la production d’encens est une activité commune au Niger, elle est traditionnellement très importante de la région de Diffa. C’est une activité essentiellement féminine qui concerne un très grand nombre de femmes.

Si le processus de fabrication est plus ou moins toujours le même, chaque femme a ses secrets de fabrication ce qui a pour conséquence une production d’encens très diversifiée. Il existe ainsi sur le marché une très grande variété de qualités et de mélanges de parfums. Cependant l’encens produit est toujours destiné à être répandu en petites quantités sur des braises dont l’incandescence permet à l’encens d’exhaler ses senteurs.

Une gamme de solutions a été proposée pour résoudre le seul problème technique rencontré par les femmes produisant de l’encens, à savoir le travail long et fastidieux, et non dénué de risques pour les personnes impliquées dans ce travail, consistant à réduire en petits fragments les morceaux de bois, parfois très gros, utilisés pour fixer les ingrédients odorants.

Il a été proposé d’utiliser un broyeur de végétaux dont le travail sera préparé, selon les moyens financiers disponibles, soit par une scie électrique soit par des haches et des hachettes.

Pour protéger la santé des femmes souvent exposées pendant la fabrication de l’encens, il a été proposé le port de :
- Masques pour éviter qu’elles n’inhalent les vapeurs nocives des ingrédients lorsqu’ils sont mélangés à chaud.
- Lunettes pour protéger les yeux de ces femmes contre les fumées irritantes du feu utilisé à cette même étape de la production de l’encens.
- Gants et une blouse de travail pour protéger les bras de ces femmes contre les éventuelles projections de ce mélange susceptibles de provoquer des démangeaisons voire des réactions allergisantes.

Afin de valoriser la présentation de l’encens, surtout celui de haute qualité, et, par conséquent, d’augmenter le chiffre d’affaires des femmes fabriquant ce produit et de les protéger mieux contre la concurrence, principalement dans les grandes foires nationales et internationales, il a été vivement recommandé d’utiliser des conditionnements en verre d’apparence luxueuse.

Par ailleurs, dans la mesure où une profession est plus dynamique quand elle est organisée, il a été fortement recommandé de convaincre les femmes fabriquant l’encens, habituées depuis toujours à travailler seules, de se rassembler en groupements. Cette évolution leur permettrait ainsi de transformer leur activité, actuellement traditionnelle, en une activité artisanale. L’organisation collective de la production d’encens favoriserait, de plus, l’octroi d’aides financières de la part des pouvoirs publics rendant ainsi possible les investissements nécessaires au développement de cette activité importante pour l’économie nigérienne.

- Télécharger la note d’extraits proposée par le RECA, 3 pages, 314 Ko.
- Télécharger l’intégralité de l’étude, 25 pages + annexes soit 57 pages au total, 2,3 Mo.
- Télécharger la page de garde de l’étude, 236 Ko.