RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Karité "made in Niger"

Publié le vendredi 18 avril 2014

Des produits à base de karité « Made in Niger »

16 avril 2014 / Rédaction Abdoulaye Ali Koura / Volontaire CECI-UNITERRA / Equipe technique RECA

Parmi les découvertes du 1er Salon de l’Agriculture de l’Hydraulique et de l’Elevage du Niger, dénommé « SAHEL 2014 », qui s’est déroulé du 6 au 9 mars 2014, figurent les produits à base de karité « Made in Niger ».

C’est la Fédération des productrices de beurre de Karité du Niger (FNPK/Boulanga) qui fabrique du beurre de karité pur, ainsi qu’une pommade et du savon de karité avec sa propre marque « KARINIA ».

Avant la mise en place de la Fédération, la fabrication du beurre de karité se faisait manuellement, ce qui limitait la production et la qualité. Actuellement, les unions sont passées à une méthode semi-mécanisée car elles disposent des décortiqueuses, concasseurs, presse et filtres, ce qui leur a permis d’accroitre leur production et de diminuer la pénibilité du travail.

La Fédération a été créée en 2009. Elle compte 14 groupements, fédérés en 4 unions : Union des productrices de karité (UPK) Alhéri de Tanda-Gaya, UPK Boyaba de Makalondi-Torodi, UPK Wafakey de Boumba-Falmey, UPK Hadinkay de Lido-Guéchémé.

La Fédération compte 359 femmes actives qui se sont professionnalisées dans la chaine de valeur karité et 122 hommes dits « ressources » qui travaillent dans les ateliers de production, sur les machines, ou en tant que « brigadiers de protection » du karité.

L’Union Alhéri de Tanda-Gaya et l’Union Wafakey de Boumba-Falmey ont bénéficié de la construction et de l’équipement d’une unité de transformation sur financement de la coopération canadienne à travers le CECI. L’Union Hadinkay de Lido-Guéchémé vient d’être équipée d’un atelier de production complet financé par l’USAID. Enfin, l’Union Boyaba de Makalondi-Torodi, dispose d’un kit complet de matériel de production …qui reste dans un magasin faute de bâtiment. Les membres continuent leur production de manière traditionnelle dans l’attente d’un appui pour construire un atelier. La Fédération recherche un financement pour la construction de l’atelier de transformation de cette union.

Principales contraintes rencontrés :
- La Fédération Boulanga, déplore la menace qui pèse sur leur matière ressource, l’arbre karité (plante à croissance très lente) qui est non seulement vieillissant mais aussi peu ou pas protégé par les autorités compétentes. En période de soudure, le karité est souvent victime de grave mutilation pour fournir du fourrage aux animaux, souvent de manière irréversible.
- Les produits de la marque nigérienne KARINIA restent encore peu connus du consommateur nigérien, qui pense que les produits à base de karité ne peuvent venir que des pays voisins (Mali, Burkina, Benin, Nigéria etc..).

Pour en savoir plus sur la Fédération créée par les productrices de karité du Niger et les produits, télécharger la note en version intégrale, 3 pages, 323 Ko