RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

PARM /Plateforme gestion des risques agricole

Publié le dimanche 24 janvier 2016

Revue des initiatives existantes en matière de gestion des risques agricoles au Niger.

Rapport provisoire partiel / 13 novembre 2015 / Version pour discussion interne PARM.

Les petits paysans des pays en développement sont quotidiennement confrontés à toute une série de risques, parmi lesquels une météorologie capricieuse et des cours en dents de scie. La plupart d’entre eux n’ont pas accès aux instruments de gestion des risques dont disposent les agriculteurs des pays développés.

Ces dernières années, la forte exposition du monde agricole aux risques associés et aux phénomènes climatiques extrêmes s’est imposée parmi les principales préoccupations, tant dans les pays industrialisés qu’au sein des nations en développement.

Aussi, à l’issue des discussions du G8 et du G20 portant sur la sécurité alimentaire et la croissance de l’agriculture, il a été décidé la mise en place de la Plateforme pour la gestion des risques agricole (PARM). La plateforme PARM a été mise en place en décembre 2013, pour une durée de quatre ans, et bénéficie du soutien de l’Agence française de développement (AFD), de la Commission européenne, du Gouvernement italien, du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et du FIDA.

La plateforme PARM a pour objet de déterminer, d’évaluer et de mesurer les risques agricoles dans les pays partenaires et de mettre au point des stratégies pour y faire face, qui pourront ensuite être intégrées aux politiques et aux plans d’investissement des pays partenaires. Elle fournit un appui technique aux gouvernements pour la gestion des risques agricoles.

Dans chaque pays, le processus PARM vise ainsi à relire à travers le prisme de la gestion des risques agricoles (GRA) les stratégies de développement agricoles et rurales de manière à intégrer dans celles-ci ce concept spécifique dans toutes ses dimensions. Plus généralement, l’objectif est d’intégrer la GRA dans le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) du NEPAD.

Au Niger, le processus PARM s’inscrit en synergie avec une démarche initiée sur des financements de la Banque Mondiale. Le processus s’est déroulé comme suit :
- Evaluation des risques du secteur agricole (janvier 2013 / Banque Mondiale) ;
- Préparation d’un draft de « Plan d’Action pour la Gestion des Risques Agricoles (PAGRA) 2014-2023 », par le HC3N avec l’appui de la Banque Mondiale ;
- Organisation d’un atelier national sur la gestion intégrée des risques agricoles en juin 2014 ;
- Elaboration de la version définitive du PAGRA en décembre 2014 ;
- Opérationnalisation partielle du PAGRA à travers un projet d’une centaine de millions de dollars (financement : Banque Mondiale), pour lequel une série d’études ont été initiées sur financement PRODEX et coordonnées au niveau du HC3N.

A la suite d’une mission conjointe PARM-NEPAD, en décembre 2014, il a été convenu avec les représentants de l’HC3N qu’il serait utile de renforcer le PAGRA dans trois domaines :
- i) la microfinance et l’accès au crédit,
- ii) le fonctionnement des marchés nationaux et régionaux et l’accès aux marchés,
- et iii) les systèmes d’information.

En se focalisant sur les petits producteurs (qui, en général, ne bénéficient pas directement des investissements ou des mesures d’accompagnement dans les grands projets d’infrastructures), l’approfondissement de ces trois axes constituera une contribution potentielle du PARM au Plan d’investissement national 2016-2020 du Niger.

L’étude « PARM Niger » s’inscrit dans cette perspective. Cependant, en raison de la combinaison de plusieurs difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de l’étude, l’inventaire général des initiatives prises au Niger en faveur de la réduction des risques agricoles, d’une part, et l’analyse de l’accès des petits producteurs à l’information, d’autre part, n’ont pu être réalisés jusqu’à présent. De ce fait, le présent rapport traite deux thématiques :
- L’accès des petits producteurs aux services financiers.
- L’accès des petits producteurs aux marchés nationaux et régionaux

Sommaire
- 2. Accès aux financements

  • 2.1. Problématique et sources d’information
  • 2.2. Inventaire des institutions actives dans les secteurs financiers
  • 2.3. Initiatives en cours visant à faciliter l’accès des petits producteurs aux services financiers
  • 2.4. Les politiques publiques de finance rurale et leurs instruments
  • 2.5. Accès aux financements. Conclusion

- 3. Accès aux marchés

  • 3.1. Problématique et sources d’information
  • 3.2. Sécurité alimentaire des populations et marchés au Niger
  • 3.3. Les politiques, programmes/projets et outils

Télécharger l’étude provisoire, 61 pages, 1,7 Mo.

En supplément, deux présentations faites lors de l’atelier PARM du 10 décembre 2015 :

Télécharger la présentation : Contribution à l’analyse de la gestion des risques agricoles au Niger, 31 diapos, 366 Ko.

Télécharger la présentation du RECA : Accès au marché et commercialisation, 8 pages, 912 Ko.