RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Sabara, Giéza, Kokorbé en pépinière (Combretacées)

Publié le mercredi 3 août 2016

Germination et croissance de quatre espèces de Combretaceae en pépinière.

A.Amani1(2), M.M.Inoussa (1), I.Dan Guimbo (3), A.Mahamane (1,4), M.Saadou (1,4) & A.M.Lykke (5).

1 Université Abdou Moumouni de Niamey, Faculté des Sciences et Techniques, Niamey, Niger - 2 Institut Natitional de la Recherche Agronomique du Niger, Niamey, Niger - 3 Université Abdou Moumouni de Niamey, Faculté d’Agronomie, Niamey, Niger – 4 Université de Maradi, Faculté des sciences, Maradi, Niger – 5 Aarhus University, Department of Bioscience, Vejlsøvej, Silkeborg, Denmark.

Résumé

Des essais sur la germination et la croissance juvénile ont été conduits sur quatre espèces communes de Combretaceae (Combretum glutinosum, Combretum micranthum, Combretum nigrians et Guierasenegalensis) au Niger. L’objectif de l’étude est de déterminer le taux de germination et la croissance dans les cent premiers jours en pépinière. Selon les espèces, un taux de germination de 70­100% a été obtenu pour une durée de germination de 9 à 18 jours. Guiera senegalensis a enregistré la meilleure croissance sur l’ensemble des paramètres suivis (hauteur, diamètre au collet, biomasse foliaire, nombre de rameaux). La hauteur moyenne la plus faible a été observée au niveau de Combretum glutinosum. Aucune différence significative n’a été observée entre la hauteur de Combretum micranthum et celle de Combretum nigricans. Les diamètres des plants de Combretum glutinosum, Combretum micranthum et Combretum nigricans ont été statistiquement identiques. Les biomasses foliaires de Combretum micranthum et Combretum nigricans ont été les plus faibles. Enfin, les plants de Combretum glutinosum et Combretum nigricans n’ont pas émis de rameaux.

Ainsi des plants transplantables des quatre espèces peuvent être produits en pépinière après 4­ à 5 mois et être utilisés en plantation

Dans les formations végétales sahéliennes, la famille des Combretaceae est la plus représentée avec des espèces comme Combretum glutinosum, Combretum micranthum, Combretum nigricans et Guiera senegalensis. Ces quatre espèces constituent un matériel de choix dans la vie quotidienne des populations rurales. Outre qu’elles sont les plus adaptées aux conditions écologiques, elles fournissent 80 à 95% de bois énergie. Elles sont utilisées dans l’alimentation du bétail, la pharmacopée traditionnelle, l’amélioration de la fertilité des sols cultivés et la construction des hangars, des greniers et des cases.

Cependant, malgré leur importance socio écologique, ces espèces ne sont pas utilisées dans les opérations de reboisement au Niger.

Souvent, le choix de ces espèces locales dans la restauration des terres ne tient pas compte des espèces caractéristiques des milieux que l’on veut restaurer. Cette situation s’explique en grande partie par l’absence de maitrise de leur culture en pépinière.


- Combretum glutinosum / Haoussa : Taramnya, Katakara ; Zarma : Kokorbé
- Combretum micranthum / Haoussa : Giéza ; Zarma : Kubu gna, Tingilé
- Combretum nigricans / Haoussa : Tsiriri, Namigin guéza ; Zarma : Déli gna
- Guiera senegalensis / Haoussa et Zarma : Sabara
Source : Centre d’échanges d’information sur la biodiversité du Niger.

Commentaire du RECA : Pour une plantation au 15 juillet, cela donne une mise en pépinière en février. On voit trop souvent des plants de très petites tailles mis en terre dans les opérations de récupération de terre à cause de pépinières démarrées trop tardivement.

Cliquer ici pour la note Article paru dans la revue TROPICULTURA (2015), pour télécharger cliquer à droite (10 pages, 850 Ko).

Répondre à cet article