RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Analyser les échecs /DL forestières Guéladio

Publié le mardi 30 août 2016

Suivi de demi-lunes forestières dans la commune de Guéladio : la nécessité de changer de pratiques pour améliorer les résultats.

Rédaction équipe technique RECA

Une note de travail sert à présenter un cas et à poser des questions. Cette note est écrite après des visites sur plusieurs sites de récupération des terres de la commune de Guéladio, visites réalisées entre 2012 et 2016. La commune de Guéladio se situe dans la région de Tillabéri, sur la piste qui relie Say à Kobadjé.

1. Le site de Barkéwa / Des demi-lunes forestières réalisées en 2012

En août 2016, il n’y a plus de relief du tout. Les demi-lunes ont disparu et le plateau est redevenu pratiquement à la situation de départ. La place du fossé des ex demi-lunes est indiquée par des plants chétifs de Sida cordifolia.

Comme la plantation de Sida cordifolia n’est pas vraiment un objectif de récupération des terres, on peut estimer que cet aménagement est un échec avec un impact nul en termes de revégétalisation (c’étaient des demi-lunes forestières) et de récupération des terres.

- Quelles auraient pu être les alternatives ?

2. Un second site à proximité avec les mêmes options par le même opérateur

A quelques km du premier site, la même ONG a refait le même aménagement, avec le même type de demi-lunes forestières et toujours une plantation de gommiers. Cependant le fossé des demi-lunes était un peu plus profond.

Août 2016, soit deux saisons des pluies après, donc la troisième saison des pluies, 40% des gommiers ont survécu, mais ils sont broutés régulièrement et ne dépassent pas 10 à 20 cm. Trois ans après, il n’y a pas de résultats visibles en termes de plantation.

- D’autres options ?

3. Un nouveau site avec le même modèle technique en 2016

Ce troisième site est à 2 km du premier, toujours au bord de la piste. Il a fait l’objet de la confection du même modèle de DL forestière que le premier, avec petit bourrelet et petit fossé.

4. La protection des terres permettrait d’éviter d’avoir à les récupérer

En conclusion :

L’équipe du RECA reste persuadé que chaque site sélectionné pour une opération dite de récupération devrait être l’objet d’une étude préalable pour déterminer sa vocation, son statut foncier, le modèle d’aménagement, les végétaux à planter, les caractéristiques des ouvrages prenant en compte la nature du sol, la pression des animaux, les priorités ou les préoccupations des riverains et de la population concernée. Il ne faut pas rester sur un modèle mais chercher à s’adapter au terrain et à son environnement.

Cette étude devrait associer des personnes ayant une expérience concrète en matière d’aménagements de sites et une bonne expérience dans le suivi.

Pour la commune de Guéladio, il serait intéressant de faire une journée bilan des expériences de la commune avec la mairie, des membres des communautés concernées, les services techniques et les opérateurs pour faire le tour des sites de récupération et tirer les enseignements nécessaires. Cette journée bilan pourrait être animée par une personne ressource.

Pour le moment, les résultats ne sont pas à la hauteur des défis et des espérances par rapport à la protection des ressources naturelles.

Lire l’intégralité de la note, 8 pages, 24 photos, 2,5 Mo.

2 Messages de forum

  • Analyser les échecs /DL forestières Guéladio 2 septembre 2016 13:06, par KOIRABORO

    la conception des DL est pourtant bonne. Si un échec a suivi on peut l’imputer au manque de suivi post opération. les plantations, d’une manière générale au Niger, souffrent de ce phenomène de manque de suivi ou d’entretien jusqu’aux années de sevrage. Imaginez un peu, si tous les enfants mis au monde sont abandonnés à eux mêmes. Combien seront-ils qui atteindront le troisième anniversaire ? les jeunes arbres fraichement plantés deviennent des "bébés" qui ont besoin de soins et de grands entretiens. Dommage ils sont laissés à eux mêmes. Le RECA veut après trois ans (2016) savourer l’ombre des jeunes plantations de 2012 et il retourne désolé comme s’il n’a aucune part de responsabilité. Analysez vous même la situation du RECA en lien avec l’entretien des plantations effectuées au Niger. La solution est toute simple. Le RECA est mieux placé pour l’apporter que n’importe qui au Niger.

    Répondre à ce message

    • Analyser les échecs /DL forestières Guéladio 14 septembre 2016 09:58, par Bello Ousmane

      Merci pour cette analyse d’un traitement érosif parmi tant d’autres. c’est peut être la première fois que je lis une de vos critiques positives. Aussi je voudrais rappeler que la récupération de terres (mécanique et biologique) a une histoire au Niger ; c’est un processus émaillé par des échecs dont nous devons tous tirés leçons pour parfaire la réussite dont notre pays est cité en exemple dans ce domaine.Tous les acteurs doivent avoir le même objectif c’est à dire le combat contre la dégradation des terres et non se comparer entre eux.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article