RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Irrigation Afrique de l’Ouest

Publié le samedi 31 décembre 2016

Développer l’irrigation en Afrique de l’Ouest : vieux rêves et nouveaux défis.

Bulletin de synthèse n°22 d’Inter-réseaux Développement rural

L’irrigation est une des priorités des politiques agricoles ouest-africaines depuis les indépendances. Ces politiques se sont d’abord concentrées sur l’aménagement de grands périmètres publics, avant d’intégrer progressivement un soutien à des plus petits périmètres collectifs et à la petite irrigation privée (à l’échelle du producteur). Quelque peu délaissés à partir de la fin des années 1980, les grands aménagements connaissent un regain d’intérêt depuis la fin des années 2000. Quels ont été les résultats de ces différentes stratégies ? Leurs succès et leurs limites ont-ils permis de mieux orienter les politiques actuelles ? Quels débats restent posés pour les années à venir ?

Sommaire :

- I – Irriguer : un vieux rêve qui cherche encore à se concrétiser

  • Pourquoi irriguer ?
  • Quel potentiel pour le développement de l’irrigation ?
  • Comment développer l’irrigation ?

- II – Les politiques d’irrigation actuelles

  • Vers un retour d’investissements importants dans l’irrigation
  • Favoriser tous types d’aménagements
  • Accroître l’implication du « secteur privé »

- III – Développer l’irrigation : de nombreux débats encore ouverts

  • Quelle place pour le riz ?
  • Mieux prendre en compte la question foncière
  • Exploitations familiales contre agrobusiness ?
  • Des tensions sur les ressources en eau

Conclusion

Les politiques d’irrigation ouest-africaines montrent que pour la plupart des Etats, le développement agricole et la sécurité alimentaire passent avant tout par le développement de la production irriguée, en particulier rizicole, avec une tendance à considérer que les grands investisseurs sont davantage en mesure de porter cette dynamique. Or cette hypothèse n’a jamais été vérifiée, tandis que dans des conditions favorables les exploitations familiales s’avèrent tout à fait productives.

Pour cela, le développement de l’irrigation – petite et grande - doit être envisagé dans une logique globale. De nombreuses actions doivent être menées en parallèle du développement d’aménagements : accès au financement, accès aux intrants, débouchés pour les produits cultivés, sécurisation foncière, conseil agricole adapté, stockage et transformation, suivi et étude des impacts environnementaux...

Le développement de surfaces irriguées dans un territoire pose des questions de partage et de gestion des ressources naturelles (eau et sols). Il pose également des questions d’arbitrage pour l’allocation des fonds pour l’investissement et de répartition des charges pour l’entretien des périmètres. Il nécessite l’émergence de nouveaux acteurs (associations d’usagers de l’eau, opérateurs économiques, collectivités territoriales) et nouvelles institutions (organisation et règles). Accompagné d’une démarche spécifique pour la mise en place de règles partagées entre les acteurs du territoire, il peut être un facteur de structuration pour un développement durable, équitable et équilibré des territoires ruraux.

Cliquer ici pour télécharger Pour voir le document sur le site d’Inter-réseaux Développement rural (7 pages, 990 Ko), cliquer à droite...