RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

CRA Diffa /Le bourgou est testé sur la Komadougou

Publié le lundi 11 juin 2012

Cultures fourragères - Le bourgou, un bon départ à Diffa !

En novembre 2011, le Ministère de l’Elevage présente son programme d’urgence d’appui à la campagne pastorale 2011 – 2012 pour pallier un bilan fourrager fortement déficitaire en 2011.

Ce programme comprend 9 axes d’interventions dont celui de la promotion des cultures fourragères : le bourgou (Echinochloa stagnina), le sorgho fourrager, la dolique et la luzerne.

Il est indiqué que des expériences, menées ces deux dernières années, par le Projet de Développement de l’Elevage dans le Liptako Gourma (PDELG) ont permis de conclure que la production de bourgou le long du fleuve est économiquement plus rentable que la riziculture. Le bourgou produit plus que tous les autres fourrages. Il sera ainsi envisagé la réalisation de 250 ha de bourgou au niveau de 50 villages.

La Chambre Régionale d’Agriculture (CRA) de Diffa est à la recherche de plantes pouvant rentrer en rotation avec le poivron sur les parcelles de la vallée de la Komadougou les plus anciennement cultivées et très fortement attaquées par les nématodes et d’autres ravageurs. La plupart des autres cultures maraîchères présentent des ravageurs communs avec le poivron. De plus il faut trouver une culture à haute valeur ajoutée pour convaincre les paysans de l’adopter, dans une partie de leurs champs. Une plante fourragère serait l’idéale dans une rotation, d’autant plus qu’en 2011 la région de Diffa est de nouveau déficitaire en fourrages, comme lors de la saison 2009. Le développement des équipements d’exhaure (forages et motopompes) rend les producteurs indépendants de l’arrivée et du retrait de la Komadougou pour l’irrigation. De plus les sols sont souvent assez riches en argile et d’ailleurs propices à la riziculture.

Les propositions du programme d’urgence du Ministère de l’Elevage incitent la CRA à s’orienter vers la culture du bourgou et à récupérer plus d’informations.

Lire la suite, 3 pages, 534 Ko