RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Le phosphore

Publié le mercredi 10 février 2010

Un élément clé dans la fertilisation des sols au Niger : le phosphore

Cet article est paru dans le bulletin Reca Info 7.

Au Niger, les sols cultivés sont pour la plupart des cas très carencés en élément phosphore. Pourtant, cet élément fertilisant joue un rôle important dans le cycle végétatif des plantes et dans l’augmentation des rendements agricoles. Le phosphore est un macro élément qui figure parmi les éléments les plus utilisés par les cultures. Ces dernières le puisent à partir des réserves naturelles du sol ou suite aux apports effectués par application des engrais.

Les engrais phosphatés sont rencontrés sur les marchés sous les formes suivantes :

- Le super simple phosphate (SSP : 18%P, 18-21 CaO, 12% S) ;

- Le diammonium phosphate (DAP :18% N, 46% P) ;

- Le super triple phosphate (TSP : 45%P, 3-14% CaO, 1% S) et

- Le phosphate naturel de Tahoua (PNT : 27% P) au Niger.

Le phosphate peut également être apporté aux cultures à partir de la combinaison d’autres sources d’azote et de potassium c’est le cas du NPK (15-15-15).

En général, l’engrais phosphaté est peu soluble, il libère le phosphore progressivement ce qui lui permet d’agir sur plusieurs années (3 ans au moins). Pour augmenter son efficacité, il est conseillé de l’utiliser en fumure de fonds. Dans ce cas, il faudrait bien le répartir et l’enfouir dans le sol. Maintenant, une fois en solution, cela facilite son absorption par les racines des plantes.

Vous pouvez lire la suite de cet extrait en fichier ci joint.