RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

OP / l’expérience du PAPAK - Région de Diffa

Publié le lundi 22 février 2010

Structuration des producteurs agricoles de la Komadougou : l’expérience du PAPAK

Projet d’Appui aux Producteurs Agricoles de la Komadougou - ONG Karkara, ADDR, Service allemand de Développement - Boulama M. Issa, Lienhard Stephen, Pauget Sophie, en collaboration avec Sauter Patrick - Novembre 2006 - 60 pages et annexes – 1 MKo


Résumé

En juillet 2003, le Projet d’Appui aux Producteurs Agricoles de la Komadougou (PAPAK) a démarré en supposant que les coopératives (ou groupements mutualistes) des producteurs agricoles membres de la mutuelle N’Gada n’existent pas seulement dans les documents et listes de la mutuelle, mais ont une vie ou une certaine fonctionnalité réelle. En absence d’une étude qui aurait pu prouver le contraire, on a donc vu le besoin principal en organisation sur l’échelle de coopération entre ces coopératives, dont les membres cultivaient principalement le poivron.

Une étude qui devait donner une analyse plus approfondie de la situation des OP était envisagée dès le début, mais a été réalisée avec un retard de plusieurs mois. L’étude sur les filières et les systèmes de la production de la Komadougou réalisée par l’IRAM a été finalement disponible en avril 2004. A ce moment, le projet avait déjà entamé la structuration des dites coopératives dans neuf unions.

C’est à partir du mai 2004, que, compte tenu des recommandations de l’étude de l’IRAM et des expériences faites pendant les missions de structuration des coopératives en unions, il est devenu évident que la fonctionnalité des coopératives ne correspondait pas au niveau présumé par le projet. Cependant, comme ils manquaient toujours des informations précises concernant l’état actuel des coopératives, on a décidé d’attendre encore les résultats d’une analyse organisationnelle avant de se fixer une stratégie qui permettrait d’assurer l’effectivité des activités de structuration.

Cette analyse, conduite en septembre, a montré que la situation était encore pire qu’on a craint. Il s’est posé donc le problème : qu’est-ce qu’on peut faire pendant le temps restant de moins que deux ans pour que les efforts de structuration ne souffrent pas le même sort que ceux entrepris par les projets précédants, qui n’ont laissé que peu de traces ? Une probable solution s’est présentée sous la forme d’une nouvelle approche qui, contrairement à ce qui était fait avant, ne s’adresse pas seulement aux dirigeants des organisations mais aux membres ordinaires.

Dans sa nouvelle stratégie de dynamisation des coopératives élaborée en octobre et commencée en novembre 2004, le PAPAK, opérant avec une équipe de trois agents de terrain dans une zone de 180 km avec une population relativement dense, a conduit des sélections d’un animateur endogène par coopérative (ou une animatrice endogène par GF). Ces animateurs ont été formés pendant deux jours et ont restitué à leur tour ce qu’ils ont appris aux autres membres. Le travail des animateurs endogènes a été suivi. Toute étape a été documentée. Dans le cadre des capacités disponibles, le projet a avancé en couvrant, jusqu’au juin 2005, les coopératives de quatre unions.

En août 2005, le PAPAK a modifié son approche stratégique en concentrant ses activités pendant son dernier an afin d’atteindre une dynamisation approfondie et pérenne de deux unions choisies parmi les quatre unions qui avaient profité de la sensibilisation générale à travers les animateurs endogènes. Il s’agissait d’une double stratégie ciblant les membres à la base des coopératives, qui étaient formés individuellement dans la maîtrise des comptes de leur exploitation, ainsi que les dirigeants qui ont reçu une formation dans des taches de comptabilité et de secrétariat. En dehors, le projet a assisté à la confection et distribution des cartes de membre d’union.

Pendant tout ce temps, le PAPAK a continué d’appuyer les unions et a cherché la synergie avec les autres projets intervenants dans la zone, qui ont rencontré le même problème de faible structuration.

Ainsi, le PAPAK, en élaborant et réalisant une méthodologie adaptée de structuration des producteurs agricoles de la Komadougou, a occupé une fonction clé dans la dynamique de la région. Ce document a pour but de présenter les démarches et résultats du PAPAK aux autres acteurs engagés dans l’appui aux OP dans la région de Diffa.