RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

ALERTE /Agrumes, une nouvelle maladie

Publié le jeudi 3 avril 2014

ALERTE / Une nouvelle maladie sur les agrumes au Niger

Rédaction Basso Adamou, Haougui Adamou (INRAN), Abdoulaye Ali Koura, Patrick Delmas (RECA).

A 100 km au sud de Niamey, dans une ferme isolée (20 km de la route bitumée), les orangers sont malades (photo ci-contre et dans la note jointe).

Sur les fruits, on constate des « pustules » surélevés de couleur brune. Ces pustules sont aussi présentes sur les feuilles. Ces photos ont été envoyées à des spécialistes des maladies des agrumes du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Au vue des photos, ils estiment que les symptômes sont typiques du chancre citrique ou chancre bactérien, maladie causée par la bactérie Xanthomonas citri pv. citri.

Cette maladie a été décrite récemment au Mali et encore plus récemment au Burkina Faso. Elle attaque différents agrumes. Les orangers, citronniers et pomelos sont considérés comme très sensibles. Les tangelos, dont la production est très importante au Niger, sont considérés comme sensibles à moins sensibles.

Le chancre bactérien peut avoir un impact important sur la production d’agrumes. Des attaques sévères peuvent entraîner jusqu’à 30 à 50 % de chute précoce de fruits.

Télécharger la note RECA/INRAN, 3 pages, 347 Ko.

Voir la Fiche réalisée par Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée (IPR / IFRA Mali) et le CIRAD (France) intitulée : Le chancre bactérien des agrumes, une nouvelle maladie au Mali.

Télécharger la fiche Mali, 2 pages, 152 Ko.

Appel à identification !
A partir de ces photos, l’INRAN et le RECA lancent un appel pour identifier s’il existe d’autres foyers où les agrumes présenteraient les mêmes symptômes sur fruits ou sur feuilles.
Si vous avez vu ces symptômes, vous pouvez prendre des photos (si possible) et les envoyer à l’INRAN ou au RECA en précisant l’emplacement du verger (éventuellement avec les coordonnées GPS) et votre contact. Ces informations vont permettre de mieux connaître l’implantation de cette maladie au Niger et de prélever des échantillons pour analyse. C’est une maladie très sérieuse au niveau mondial et très difficile à combattre. Vous trouverez ci-joint la note diffusée par les institutions de recherche au Mali suite à l’indentification du chancre bactérien.
Merci de votre collaboration, en espérant que cette maladie ne se soit pas trop étendue sur le territoire nigérien.