RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

IG et marques /les questions qui se posent

Publié le jeudi 7 novembre 2013

Indications géographiques et marques, les questions qui se posent.

Cas de l’oignon Violet de Galmi du Niger / Rapport d’atelier / Juillet 2013.

A la demande du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO-Niger), un atelier d’échanges sur les Indications Géographiques a été organisé par le RECA en marge de la Journée nationale de l’oignon dans les locaux du SNAD le 26 juin 2013. Le thème de cet atelier a porté sur : les Indications géographiques et marques, les questions qui se posent ?

Le souci du choix de ce thème pour le PPAAO est de permettre aux responsables des organisations professionnelles agricoles de mieux comprendre le contenu des IG, les relations avec les marques et les questions de synergie avec les autres projets ayant des composantes IG, au regard d’expériences d’autres pays.

Dans le cadre de la mie en œuvre des activités IG au Niger, le PPAAO accompagne trois produits, à savoir l’oignon Violet de Galmi, le Kilichi et le Fromage Tchoukou.

Les indications géographiques (IG) en Afrique

Ces trois dernières années les IG ont fait l’objet de très nombreux ateliers, rencontres, formations, guides et projets. L’année 2013 est aussi marquée par les trois premières IG africaine.

Ce qui marque la « documentation » sur les IG c’est que l’on y trouve que les avantages :
- Protéger les produits d’une région, on va voir pour l’oignon Violet de Galmi du Niger que c’est indispensable ;
- Se différencier par rapport à la concurrence, là également c’est vrai et le besoin est réel ;
- Trouver des marchés plus rémunérateurs, cela doit quand même s’analyser car il nous semble que ce n’est pas automatique. Par contre ce qui nous semble utopique c’est de croire que la mise en place d’une IG va permettre au producteur nigérien de vendre ses oignons « deux ou trois fois plus cher », et pourtant cela se dit.

Il y a d’autres avantages car les structures faisant la promotion des IG ne sont pas avares sur tous les bienfaits que ce label peut apporter. Ce qui est frappant c’est que les inconvénients et obstacles ne sont pas analysés de manière aussi précise. Analyser les inconvénients ou les difficultés n’est pas une démarche « hostile », c’est une démarche logique avant de faire des choix et des investissements.

Au cours de cet atelier, deux présentations ont été faites aux participants :

- Indications géographiques et marques, les questions qui se posent ? / Par Mr Patrick Delmas, AT/RECA.

Dans son intervention, il a mis l’accent sur l’opportunité de protection des produits nigériens en IG. Pour se faire, il a proposé d’analyser trois scénarii dans le cadre de la protection de la dénomination de l’oignon violet de Galmi à savoir : l’oignon violet de Galmi, l’oignon violet de Galmi du Niger ou l’oignon du Niger. Aussi, la question de protection d’autres produits a été évoquée notamment le cas du blanc de Gothèye compte tenu de son terroir et les caractéristiques particulières de cet type d’oignon.

- Protection des produits IG au Niger./ Par Mr Ousman ABDOU, Point Focal/IG

Après un bref rappel sur le cadre juridique, institutionnel et les différents outils de droit de propriété de l’OAPI, le Point focal IG/OAPI s’est appesanti sur le concept des IG, les différentes composantes et leur organisation et la différence avec les marques. Il a étayé son intervention avec des exemples de tromperies et de concurrence déloyale de certains de nos produits nationaux de leur notoriété ont dépassé nos frontières notamment l’oignon violet de Galmi par la vente incontrôlée des semences sous cette dénomination et la viande séchée ‘’Kilichi’’ emballée et mis sur les marchés sous le label ‘’Kilichi du Niger’’ dans certains de nos pays voisins. Cette situation se traduit par des manques à gagner pour nos producteurs sans compter les risques réels d’usurpation des noms. Il terminé son intervention par la présentation d’une grille de repérage des produits susceptibles d’être éligibles en IG.

L’intégralité de la présentation de Monsieur Ousmane Abdou est disponible en ligne sur le site Web du RECA.

Une partie des représentants des organisations professionnelles agricoles a indiqué que leurs membres étaient peu au courant des questions de labellisation des produits et de la réflexion sur les IG. Ce rapport reprend donc des éléments qui ont été donné dans chacune des deux présentations, notamment des exemples de label (marques, IG) des autres pays de la sous région, et une partie des nombreuses questions posées par les participants.

- 1.Présentation de la rencontre
- 2. Présentation du rapport
- 3. Introduction
- 4. La marque (Deux exemples de marque collective)
- 5. L’indication géographique

  • Les indications géographiques (IG) en Afrique
  • 2013 a enregistré les trois premières Indications Géographiques protégées (IG) africaines

- 6. Le cahier des charges du café ZIAMA / MACENTA
- 7. La question du nom de la variété Violet de Galmi
- 8. Questions et débat
- 9. Feuille de route
- Annexe 1 : Rappel des réalisations sur les IG « Violet de Galmi » / repères chronologiques

Télécharger le rapport rencontre IG, 16 pages, 654 Ko.

Télécharger la présentation du point focal IG, 13 pages, 1 Mo.