RECA

Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger

 

Marché oignon Côte d’Ivoire

Publié le jeudi 1er mai 2014

Evolution du marché de l’oignon en Côte d’Ivoire à partir des informations contenues dans les « Bulletin sur le Marché de l’Oignon de l’OCPV ».

Pour les oignons du Niger, le marché de Côte d’Ivoire est celui qui présente le plus de potentialités pour augmenter les exportations. Il faut rappeler que, du Nigeria jusqu’au Ghana, les pays côtiers importent de très faibles quantités d’oignon en provenance d’Europe. Leurs marchés sont approvisionnés toute l’année par les oignons locaux complétés par ceux du Niger et du Burkina Faso.

Pour la Côte d’Ivoire il n’en est pas de même. L’oignon hollandais continue à dominer le marché. En 2013, la Côte d’Ivoire a importé 122.638 tonnes d’oignon. Le Niger ne représente que 16% des importations de la Côte d’Ivoire, soit environ 19.000 tonnes, les Pays Bas 64% et le Burkina Faso 15% (environ 19.000 tonnes également). Attention / Il est possible que les quantités importées du Niger et du Burkina Faso soient sous estimées car les enregistrements ne sont pas toujours « fidèles » (Source : AMI Market Report Onion 2014).

Cette note présente la situation chronologique des approvisionnements en oignons sur le marché de la Côte d’Ivoire à partir de la lecture des informations contenues dans les « Bulletin sur le Marché de l’Oignon en Côte d’Ivoire » de l’Office d’aide à la Commercialisation des Produits Vivriers (OCPV) de Côte d’Ivoire.

- On peut retenir, qu’à la mi-février 2014, c’est l’oignon du Burkina qui approvisionne les marchés de Côte d’Ivoire tandis que l’oignon du Niger est absent.
- C’est dans la deuxième quinzaine de mars que l’oignon du Niger occupe progressivement la plus grande place sur la quasi-totalité des marchés.
- L’oignon du Niger domine le marché en avril, d’autant que les disponibilités du Burkina Faso sont en baisse.

Télécharger l’intégralité de la note, 3 pages, 394 Ko.